TRAITS POUR TRAITS /

Cendrine Dominguez : La déco révèle l’intérieur des gens

Dco-gris


L’animatrice Cendrine Dominguez se livre à traits D’co

A l’image de son émission de décoration Téva Déco, première dans le monde audiovisuel, Cendrine Dominguez, résidant aux Contamines-Montjoie, est une pionnière. Traits D’co l’a rencontrée.

Traits?D’co?:?Vous avez eu du nez en lançant Téva Déco il y a 20 ans…

Je l’ai ressenti comme une sorte d’évidence. La France rime avec art de vivre, que ce soit dans l’artisanat, le design, l’architecture. Il me semblait normal qu’on en parle au même titre que la littérature, la musique ou le cinéma. C’était une intuition !

Comment expliquez-vous le succès des émissions déco ?

Parce qu’on met en lumière la personne telle qu’elle est. Je pense que cela révèle beaucoup de la situation dans laquelle nous vivons aujourd’hui, c’est-à-dire un monde uniformisé. On pourrait croire qu’il y a un standard de la déco, que tout le monde voudrait vivre dans du design et du contemporain. Et puis, vous poussez des portes et vous trouvez des gens qui vivent dans du Louis XV, dans un faux Napoléon, dans du kitsch, dans de l’hyper design, du mono-style, du minimalisme, de la couleur à l’extrême… Ce qui est fantastique, c’est que la décoration montre les gens dans toutes leurs diversités.

A quoi ressemble votre maison aux Contamines-Montjoie ?

Il y a beaucoup de matériaux locaux et traditionnels, comme le bois. L’empreinte de cette maison passe aussi par de grandes ouvertures sur l’extérieur, où la nature devient un tableau vivant. L’intérieur est plutôt contemporain, avec des sols en résine, comme on en trouve dans la région.

Quelle est votre pièce préférée ?

Mon petit coin salon-lecture que j’ai aménagé avec un gros canapé confortable, en lin couleur gris souris. Une sorte de petit boudoir où je lis mes bouquins, mes magazines de déco et où je peux recevoir des copines autour d’un thé.

Quel mobilier ne verra-t-on jamais chez vous ?

Le goût réside à faire les choses, à les mettre en scène. Je n’imagine pas des meubles en formica chez moi alors qu’ils peuvent être très beaux chez les autres, dans un style qui leur serait complètement adapté. J’ai toujours pensé qu’on ne pouvait pas changer le monde mais qu’on pouvait changer de décor.

Son objet coup de cœur

« J’aime les luminaires d’Ingo Maurer, c’est mon chouchou ! Mon préféré est celui en forme de cœur, très rouge avec un petit miroir. Il a une très grosse lampe, genre papier crépon, plissé, comme les robes d’Issey Miyake. »

Téva Déco : chaque dimanche à 11h30 – www.teva.fr/emission-teva_deco

Recueilli par Louise Raffin-Luxembourg


Les commentaires sont fermés.