INSPIRATION / Rencontres /

Sous l’angle du designer Jacques Losserand

Losserand


Pour se frayer une continuité dans le mouvement, les créations de Jacques Losserand défient les lois de la matière. 

Jacques Losserand pousse loin le souci du détail. À donner du fil à retordre au fleuron de la ferronnerie qui donne vie à ses créations de métal. Contre toute attente, l’empreinte du designer annécien ne se voit pas?: aucune trace de soudure, pas la moindre imperfection, courbure et assemblage invisibles, imperceptibles sous les doigts?: «?Ces petits éléments qui n’ont l’air de rien forment le socle de ma philosophie?» explique-t-il.

Diplômé de l’École Spéciale d’Architecture de Paris, Jacques Losserand a toujours su le métier qu’il exercerait. Il y a de l’architecte dans le designer et du designer dans l’architecte. Les deux facettes du même homme se retrouvent dans la rencontre des plans. Ceux de la collection Lucem, par exemple, qui se découpent pour permettre l’interpénétration des éléments, laissant ainsi la lumière pénétrer à sa guise.

Casser l’orthogonalité

Si la liberté n’empêche pas la rigueur, elle exige toutefois une entorse aux codes que Jacques Losserand commet avec une douce impertinence. Au diable les carrés et rectangles académiques. Les angles droits sont chassés à la faveur de bords fuyants. «?Casser l’orthogonalité a un côté rassurant?», poursuit le créateur. Résultat?: des meubles déstructurés parfaitement… structurés. Superposition des plans, lignes de fuite… sa collection Ductus joue aux équilibristes dans l’espace.

Jacques Losserand aime le métal pour sa finesse et son caractère aérien. Des aspects qui s’épanouissent dans la ligne Caulis?: l’ossature s’appuie sur de fins supports, assure le lien entre la masse et le fragile, entre le biais et la verticale. Entre la rupture et cette farouche continuité dans le mouvement et la matière. Une prouesse qui, à première vue, semble couler de source mais qui relève d’une complexité à toute épreuve.

Objets de vie

Le designer conçoit ses meubles en raisonnant dans la globalité de l’espace, en imaginant les personnes qui y vivent?: «?Je crée des objets de vie.?» Ici la table basse Ductus. Le noir reste la couleur de prédilection du créateur. Rouge, orange ou bleu s’y invitent parfois pour créer une rupture totale.

Louise Raffin-Luxembourg