Accueil / L’éco-quartier laMercedes à Barcelone

L’éco-quartier laMercedes à Barcelone

Batlleiroig est fier de présenter l‘éco-quartier laMercedes, un projet de réactivation d’une ancienne usine Mercedes-Benz à Barcelone. Le projet génère une nouvelle activité économique et résidentielle, contribuant à la régénération urbaine de Bon Pastor et Besòs. Elle est devenue la zone urbaine la plus dynamique de la ville.

Mercedes – De l’industrie automobile à un centre d’innovation et de création

L’ancienne usine Mercedes-Benz est un site industriel de 9 hectares situé entre le quartier de Bon Pastor et le centre de Sant Andreu. Dans les années 1950, elle est devenue le siège de l’entreprise publique ENMASA. À sa fermeture, il y a 15 ans, il est devenu un site hermétique et désaffecté.

Sa transformation en cours prévoit l’introduction d’un mélange de constructions résidentielles et tertiaires, et d‘une activité économique liée à l’innovation et à l’industrie 4.0. En maintenant les bâtiments industriels historiques dans un complexe avec des normes élevées de durabilité qui deviendra un nouveau nœud social dans le quartier.

Compléter la trame urbaine

L’ancien site industriel bloque les connexions entre des zones résidentielles aux caractéristiques sociales et économiques très différentes. La zone de LaMercedes sera le point de rencontre de deux nouveaux axes urbains : par l’axe est-ouest, le centre historique de Sant Andreu sera relié au quartier de Bon Pastor et au futur parc du Rec Comtal, ainsi qu’au parc de la rivière Besòs. L’axe nord-sud reliera La Maquinista et le quartier de Baró de Viver au parc du Rec Comtal et aux futurs développements de la zone industrielle Torrent de la Estadella. La proposition relie des zones historiquement isolées malgré leur proximité. Elle contribue à une nouvelle centralité qui articulera et unira les tissus urbains et sociaux hétérogènes de l’environnement.

Recyclage du patrimoine industriel

La valeur historique et patrimoniale de laMercedes réside à la fois dans la valeur matérielle de tous ses bâtiments. Résultat des projets successifs des années 1950 à 1970 de l’architecte Robert Terradas. Son architecture rationaliste d’inspiration nordique, ainsi que sa valeur immatérielle, témoignent du passé industriel du quartier, auquel nombre de ses voisins ont participé. Le développement proposé reconnaît l’histoire architecturale et l’importance sociale du lieu grâce à la réutilisation de divers bâtiments existants. Le projet est basé sur la conservation des principaux bâtiments industriels, qui sont utilisés pour des installations culturelles et éducatives.

Complété par de nouveaux bâtiments destinés à des activités économiques, ce complexe s’organise autour du bâtiment central existant, dont la structure est conservée pour abriter une grande place publique, destinée à être le centre d’activité du nouveau quartier, et qui doit accueillir un grand centre de production d’énergie propre. Maintenir le caractère du lieu et créer cet espace symbolique qui contribue à renforcer le sentiment d’appartenance au quartier.

Le premier projet du complexe est la récupération de l’atelier et du bâtiment de bureaux des années 1970 pour l’implantation de l’école de design Elisava. L’entreprise combine la préservation du patrimoine et la mise en œuvre d’utilisations liées à la connaissance dans un échantillon de ce que pourrait être l’avenir du site Mercedes.

Un quartier à usage mixte

Le complexe historique est transformé pour accueillir une activité économique. Il comprend non seulement des bureaux et des installations axés sur l’éducation et la connaissance. Mais aussi un type d’activité spécifique axé sur la créativité de l’industrie 4.0. Ainsi que sur l’innovation, la recherche et la durabilité.

La configuration du complexe définit deux axes principaux nord-sud et est-ouest, à partir desquels les blocs résidentiels sont développés. Avec des dimensions et des proportions adéquates pour offrir une qualité environnementale, une orientation et une ventilation élevées. Les façades commerciales dynamisent les axes piétonniers. Ils animent les différentes places générées dans le secteur. Ils garantissent une utilisation intensive de l’espace public et favorisant les relations de proximité.

Un quartier mixte est créé. Combinant 60% de logements (40% abordables et 60% libres) avec 40% d’activités économiques, de services, de commerce de proximité, d’industrie 4.0 et d’équipements, générant des synergies entre les centres d’innovation et de connaissance.

Nouveaux modes de vie

laMercedes est destiné à devenir un quartier où l’on apprend, où l’on vit et où l’on travaille. Un quartier compact avec des maisons de tous types et de toutes caractéristiques. Ainsi qu’une multitude de commerces, d’équipements collectifs et d’activités économiques en rez-de-chaussée. Ensemble, ils configurent une nouvelle centralité qui contribue à unifier le tissu urbain hétérogène de l’environnement.

Le projet s’engage dans un nouveau modèle de logement flexible, polyvalent et non hiérarchisé, avec des espaces extérieurs habitables. Les limites entre le privé et le commun sont redéfinies, créant un nouveau modèle de logement collaboratif. Le projet encourage la création d’espaces intermédiaires, intérieurs ou extérieurs, entre le domaine privé et le domaine public. L’espace intermédiaire est le théâtre de la coexistence entre voisins, de réunions et de jeux, et encourage la vie communautaire.

Prêt à lutter contre l’urgence climatique

Un habitat urbain prêt à lutter contre le changement climatique. Structuré autour d’une infrastructure verte – rues et places – et conçu avec des systèmes. Des matériaux qui peuvent réduire les températures dans son environnement jusqu’à 3ºC. L’espace libre sera un lieu de rencontre perméable et accessible qui favorisera la cohésion sociale. La priorité sera donnée aux espaces verts, à la mise en valeur de la nature et de la biodiversité plutôt qu’aux véhicules, qui sont éliminés des espaces publics.

Un intérieur paisible et piétonnier de l' »Eco-illa » est proposé grâce à un système de mobilité intelligent. Toute la mobilité et l’infrastructure sont intégrées dans un étage souterrain afin de libérer le rez-de-chaussée des véhicules et d’améliorer la perméabilité de laMercedes. Un espace entièrement piétonnier et cyclable est créé, sans circulation de véhicules motorisés en surface, à l’exception des véhicules des services d’urgence. Cela permet de créer des itinéraires accessibles et sûrs afin d’intégrer laMercedes dans le réseau de voies urbaines.

Un système de circulation souterrain avec des entrées depuis les rues périphériques est mis en place. De là, les véhicules seront dirigés vers les différents parkings, avec des zones de chargement et de déchargement réservées. En outre, dans un avenir immédiat, il sera possible de créer des espaces logistiques pour le dernier kilomètre, des zones de recharge pour les véhicules électriques et d’autres zones pour la nouvelle mobilité.

Une ville inclusive

La planification a été comprise dans tous ses aspects urbains, sociaux, économiques et environnementaux. Comme une occasion unique de travailler dès sa genèse avec les prémisses de l’urbanisme inclusif. La construction d’une ville qui intègre, facilite la vie quotidienne et favorise les échanges sociaux dans un environnement urbain de qualité.

Photo credits ©Antonio Navarro Wijkmark I ©SBDA


Auteur : Claire Pélissier

Date de publication : 19 janvier 2024

Date de la dernière mise à jour : 8 janvier 2024


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.