À 360° /

Turquie : une bibliothèque coiffée d’un tapis volant


Galata, l’ancien quartier génois d’Istanbul, se situe au nord de la Corne d’Or, un estuaire qui se jette dans le bosphore. C’est là que s’édifie une bibliothèque au toit ondulant. 

Si les murailles qui ceinturaient jadis Galata ont aujourd’hui disparu, son emblématique tour demeure, conférant au quartier son identité. La future bibliothèque s’ouvrira sur les eaux de la Corne d’Or jusqu’a la péninsule historique où s’élèvent les sept collines d’Istanbul, chacune couronnée de son propre monument (église Sainte-Sophie, mosquées de Nuruosmaniye, de Suleymaniye, de Mocius, etc.) L’architecte Alper Aytac a imaginé le projet « comme un tapis volant turc, tissé par la culture et le contexte ». Les trois collines les plus proches ont inspiré la forme du toit qui abrite la bibliothèque et un centre d’apprentissage. Ces deux espaces ont été isolés du bruit de la ville en reprenant l’architecture de la mosquée voisine d’Azapkapi Sokullu. L’édi ce religieux possède en effet une salle de prière surélevée qui semble otter dans les airs, la coupant de l’effervescence urbaine. Au rez-de-chaussée du bâtiment en construction, un auditorium, une bibliothèque pour enfants et un restaurant proposent des activités plus animées. Pour Alper Aytac, ce projet de lieu culturel vise à devenir « un instrument de connectivité entre les deux côtés de la Corne d’Or ».


Ondulation
La toiture danse dans les airs. Dessous, la bibliothèque et un centre d’apprentissage s’isolent des bruits de la ville.

Étymologie
Pour l’anecdote, la tour de Galata a laissé aux francophones le mot galetas, un logement misérable situé dans les combles.

Nathalie Truche


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.