ARCHI / Incognito /

Île de Ré : la maison qui tutoie l’océan

Cette rénovation en bord de plage a été abordée de façon à donner un nouvel ADN à l’intérieur et à transformer les vues sur le littoral atlantique en cartes postales grandeur nature.

Les aménagements intérieurs ont été réfléchis de façon à établir des relations privilégiées avec l’extérieur.

Posée sur une dune à Sainte-Marie-de-Ré, cette habitation traditionnelle rétaise embrasse l’océan. Un double défi attendait l’Atelier de design Martins Afonso : d’abord concevoir un cadre de vie dans un paysage à forte identité et ensuite, tisser un nid pour deux qui resterait aussi confortable en présence d’invités. Pour remplir le premier objectif de « rompre la transition dedans/dehors », Martins Afonso a opéré une redéfinition des ouvertures sur l’extérieur qui a complètement modifié l’appréhension de l’espace habité.

Un ruban de bois le long des murs

L’architecte d’intérieur a procédé sous forme de séquences délimitées et accentuées par l’utilisation de bois contrastant avec le sol minéral. En plus de tendre un fil conducteur entre les différentes pièces de la maison, les matériaux créent une continuité avec l’extérieur. Placé au cœur du foyer, l’espace détente connecte les lieux de vie (salle à manger, cuisine et séjour) à travers un ruban mural en chêne. Les chambres dissimulées derrière ce long pan de bois disparaissent du champ de vision, ne laissant que l’essentiel pour un usage et une esthétique sans superflu.

L’espace détente se pare d’un ruban mural en bois derrière lequel se cachent les chambres.

Du rangement dans chaque marche

L’ambiance empreinte de légèreté s’entrechoque volontairement avec l’îlot de cuisine, bloc de granit et de laiton vieilli qui vise à surprendre autant qu’à impressionner. La pureté des lieux est entretenue par un éventail de blancs, tantôt mats, tantôt satinés, voire brillants. Dans un même esprit de simplicité, l’escalier menant à un couchage supplémentaire a été pensé comme un jeu de volumes, en pas japonais, afin de réduire son emprise, offrant concomitamment du rangement dans chaque marche. Un autre escalier, conçu avec un garde-corps en lattis bois, renferme également d’astucieuses niches. Dans cette maison rétaise de 135m2, l’architecture s’est mise au service de la fonctionnalité. Ne reste qu’à s’asseoir face à l’océan et contempler.

Telle une sculpture de granit noir et laiton vieilli, l’îlot central constitue l’un des éléments phares de la maison.

Ancré dans le meuble du séjour, l’îlot central se prolonge dans le vide, soutenu seulement par un piètement en verre.

Certains passages et rangements se cachent. Ainsi, l’accès à la buanderie se fait depuis des portes dérobées situées dans le bureau.

La tête de lit trône au centre de la chambre parentale. Derrière se niche un grande douche accessible de chaque côté.

  1. Une vaste paroi vitrée d’un seul tenant sépare la douche des lavabos
  2. La baignoire réalisée sur mesure se drape d’une mosaïque de marbre noir adouci
  3. Une salle d’eau plus intimiste s’habille intégralement d’une mosaïque blanche nuancée de nacre.

https://www.martinsafonso.com/

Texte Nathalie Truche

Photos Mickaël Martins Afonso


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.