ARCHI / Incognito /

Du sur-mesure sous les toits parisiens

L’agence Fanny Rozé montre sa capacité à savoir s’adapter aux espaces en gérant haut la main la volumétrie typique des appartements qui se nichent sous les toits parisiens.

Conserver l’héritage architectural, la spécificité et le charme de l’existant, tout en revalorisant les espaces, c’est le credo de l’agence Fanny Rozé. En témoigne ce trois pièces de 91 mètres carrés, situé au sixième et dernier étage d’un immeuble style Second Empire sous Napoléon III. Le défi principal de la rénovation de cet appartement, établi dans le 1er arrondissement de Paris, à proximité du jardin des Tuileries, était de redessiner les structures et les lieux dans les moindres détails, en s’adaptant à la volumétrie si caractéristique des logements nichés sous les combles parisiens. L’architecte-designer continue ainsi à jouer avec les formes, les textures murales, la géométrie de l’espace et du mobilier. L’ambiance se fait chaleureuse, conviviale et intimiste, avec un choix de textiles qui apportent une touche de douceur.

Spacieux. L’aménagement dessine les circulations intérieures dans l’espace de vie, composé d’une cuisine Boffi et d’un salon, avec un coin bureau. Le sol est en parquet de chêne, les vases viennent de chez LSA International.

Jeu d’équilibre

La rondeur du mobilier, espacé dans le salon angulaire et mansardé, invite à une déambulation fluide. Comme toujours chez Fanny Rozé, les œuvres murales vêtent les espaces, à l’image de la chambre principale. « Au bord de la Seine » est une création inspirée des deux bras du fleuve enlaçant l’Île de la Cité. Les cuirs utilisés se veulent une représentation poétique des mouvements de l’eau et des quais de Paris. Le tapis « Onde » en velours de soie, conçu avec la Maison Pinton, achève de sublimer l’espace. Il s’inspire du mouvement des ondes à la surface de l’eau, tout en faisant écho à la colorimétrie de l’œuvre murale. Une pièce maîtresse déclinée dans une collection, exposée dans le showroom de Fanny Rozé. C’est ce goût du détail et de l’importance de l’environnement qui fait tout l’attrait et la signature de cette créatrice inventive.

Agréable. Le mobilier incurvé donne de la douceur au salon avec une touche de rouge pour rehausser l’ensemble. Le canapé et les fauteuils sont signés Tacchini, les coussins et les objets décoratifs sur la table basse, BHV.

Intimité. Un coin lumineux et propice à la lecture avec ce fauteuil cosy (Tacchini) et ce guéridon (Chance). En harmonie. La chambre principale joue sur la coordination entre l’œuvre murale « Au bord de Seine », le tapis « Onde » et le linge de lit signé Bonsoirs. Le papier peint vient de chez Arte International.

Simplicité. Une œuvre murale d’Amélie Maison d’Art surplombe la seconde chambre qui invite à l’épure et au confort. Le linge de lit vient de chez Bonsoirs, le lampadaire, d’Axo light, et le guéridon-table basse, de Sancal. Fraîcheur. La salle de bains, faite d’un panneau mural en faux marbre, est sublimée par le miroir Fiam Italia et le pouf de Saba à l’allure d’un poudrier. La robinetterie des deux vasques est signée Grohe.

http://www.fr-architecture.com/

Crédits photo Nicolas Mathéus
Texte par Nathalie Dassa


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.