JET LAG / France / /

La Divine Comédie, un jardin dans la ville d’Avignon


On le devine à peine, caché derrière de hauts murs de pierres… Au cœur du centre historique d’Avignon, se niche le plus grand jardin privé de la ville, celui de la Divine Comédie, luxueuse maison d’hôte au charme singulier.

Une fois passé le porche d’entrée, la magie opère. Tel un éden, le jardin se dévoile dans toute sa grandeur avec plus de cent essences différentes plantées par les nouveaux propriétaires qui rachètent il y a sept ans cette propriété dont la construction remonte aux XVIIIe et XIXe siècles. Ce lieu exceptionnel dont le parc de 2 600 m2 situé en plein centre-ville est alors laissé à l’abandon.

La Divine Comédie Avignon : Un havre de verdure

Passionnés d’art et esthètes, les propriétaires entreprennent des travaux colossaux, restaurent entièrement la demeure et imaginent un jardin comme la pièce principale de la Divine Comédie. De l’allée d’ifs de huit mètres de haut aux luxuriantes haies de bambous, du bassin de nage à la tonnelle végétalisée, tout a été pensé pour offrir aux hôtes différents recoins qui constituent autant de havres de paix à l’abri des regards. A l’ombre des platanes séculaires, bercés par le roucoulement des tourterelles, il est difficile de croire que nous sommes à seulement quelques pas du Palais des Papes et de l’effervescence de la ville !


LUXURIANT
Les espaces extérieurs ont été transformés en un jardin luxuriant en plein cœur de la vieille ville d’Avignon.


LA SUITE
Chaleureuse et élégante, la suite Anatole. Le gris profond se marie à un parfum de voyage avec des suspensions en rotin rapportées du Maroc.


MÉTAMORPHOSE
Rachetés en 2010, presque à l’abandon, le bâtiment et les jardins ont bénéficié d’une restauration de presque six ans.

COCON
Au fond du jardin, dans une petite maison à l’architecture métallique, l’espace bien-être baptisé « La Folie », avec sauna et hammam.


INTIME
Le jardin abrite un magnifique bassin de nage de 15 mètres à l’abri des regards.

MAJESTUEUX
Telle une enclave dans la ville, le jardin n’est qu’à quelques mètres du Palais des Papes que l’on devine au loin.


INTIMITÉ
Conviviale, la cuisine est la pièce à vivre dans laquelle les propriétaires se retrouvent le temps d’une pause. Les chaises Tulip entourent une table ancienne chinée éclairée par une suspension en bronze
des années vingt.

CONTRASTE
Dans le salon de réception, l’art contemporain trouve audacieusement sa place aux côtés d’objets chinés. Pour preuve cette sculpture murale des années soixante-dix en fibre de verre de Luisa Miller.

ART
L’art, passion partagée par les propriétaires. En témoigne ce monumental éléphant en résine du sculpteur Gilles Nicolas qui travaille notamment pour la Grande Galerie de l’évolution.


RÊVERIES
Invitation à la paresse dans la suite Aphrodite avec ses voiles aériens et ses tons apaisants.

BÉTON TEINTE
Design minimaliste pour les salles de bains qui mettent en valeur la noblesse des matériaux.


Accueil

Sophie Guivarc’h