Accueil / Art & Design / Design /

18 créateurs éco-friendly qui mettent à l’honneur l’éco-design

S’il n’est pas nouveau, le phénomène de l’éco-design prend de l’ampleur et se décline en divers modes de fabrication, de l’artisanat traditionnel à la technologie de pointe.

FABULEUSE FACTORY & REINE MÈRE

Qu’est-ce-que l’éco-design ?

L’éco-design est une approche de conception qui vise à minimiser l’impact environnemental des produits tout au long de leur cycle de vie, de la production à la fin de leur vie utile. Cette approche prend en compte les aspects écologiques, sociaux et économiques du développement durable.

L’éco-design implique de considérer dès la phase de conception les impacts environnementaux potentiels des produits et d’identifier des solutions pour réduire ces impacts. Cela peut impliquer l’utilisation de matériaux durables, la réduction de la consommation d’énergie pendant la production et l’utilisation, la conception pour la facilité de recyclage ou de réutilisation, et l’optimisation de la durée de vie du produit.

L’éco-design est de plus en plus considéré comme une solution efficace pour réduire l’impact environnemental des produits et pour répondre aux exigences réglementaires en matière de développement durable. Il est également considéré comme une opportunité pour les entreprises de se différencier sur le marché en offrant des produits plus durables et respectueux de l’environnement.

Traits D’co a repéré 18 créateurs soucieux d’allier design et préservation de l’environnement.

MATER DESIGN

La marque danoise Mater recycle déjà l’aluminium des carrosseries de voitures et de vélos pour réaliser la structure de ses meubles. Cette année, elle a expérimenté le plastique fabriqué à base de filets de pêche recyclés pour rééditer la chaise que Jorgen et Nanna Ditzel avaient conçue en 1955 : l’assise de la gamme Ocean contient jusqu’à 960 g de plastique recyclé. materdesign.com © Mater Design

NIR MEIRI

L’objectif du designer établi à Londres ? Remplacer les matériaux synthétiques. Ainsi, Nir Meiri explore des processus biologiques naturels comme base de fabrication : sable, algues vertes ou sel de mer. L’abat-jour de sa lampe Seasalts est un mélange de résine et de sel qui cristallise en adoptant les reliefs du moule. En collaboration avec la start-up Biohm, il a également mis au point des lampes en mycélium (la partie végétative d’un champignon) et en métal pour le pied et la base. nirmeiri.com © photos Nir Meiri Studio

AY ILLUMINATE

Ay Illuminate propose une large gamme de luminaires confectionnés à la main en Asie et Afrique. Les suspensions et lampes de l’enseigne néerlandaise sont réalisées en bambou, bois et coton. Les designers de la maison d’édition s’inspirent des matériaux naturels (issus de déchets) et du savoir-faire traditionnel des artisans locaux. On aime les formes organiques des lampes Twiggy (à gauche) et Paper Grey (à droite). ayilluminate.com © Ay Illuminate

CÉLINE WRIGHT

Pour la créatrice Céline Wright, le travail fait main est la seule énergie humaine qui ne pollue pas. Imitant le concept britannique du Cottage industry, la designer confie la fabrication de ses objets à un réseau d’artisans qui travaillent à domicile, réduisant ainsi la pollution liée au transport. Ses luminaires se composent de matériaux naturels : papier japonais washi, rotin, galet… L’applique Diva (au centre) exige des manipulations très délicates. celinewright.com © Céline Wright

HOLGER HOFFMANN

Papertrophy est une série de décorations murales conçues par le créateur berlinois Holger Hoffmann. La collection porte un regard contemporain sur les têtes montées et la taxidermie. Les trophées de chasse sont fabriqués avec du papier écologique certifié FSC durable (Forest Stewardship Council). Cerf ou rhinocéros, les animaux de papier sont livrés prédécoupés à la machine et pré-pliés. papertrophy.com © Papertrophy

DAVID TRUBRIDGE

Le créateur néo-zélandais est l’un des premiers ambassadeurs de l’éco-design Il utilise des matières premières issues de plantations gérées durablement et coupées à l’aide de machines utilisant l’énergie hydroélectrique. À l’instar du luminaire Coral vendu en kit, ses luminaires sont livrés en un cinquantième de leur volume final afin de minimiser l’empreinte carbone lors du transport. moaroom.com © David Trubridge

CÉDRIC RAGOT

Édité chez Qui Est Paul ? le tabouret de bar Kenny ressemble à un origami de plastique. Son repose-pieds évidé offre du rangement tandis qu’un crochet placé sous l’assise permet de suspendre ses effets personnels. Fun et pratique, la création de Cédric Ragot est réalisée en polyéthylène haute densité teinté dans la masse, un matériau recyclable. qui-est-paul.com © Tristan Everhard

EMECO

Tout commence en 1944 avec une commande de la marine américaine qui cherche une chaise légère et robuste pour ses soldats. Emeco crée alors la première assise en aluminium recyclé : la Navy Chair 1006 (à droite) devait pouvoir résister à l’impact de torpilles sur la coque d’un destroyer. La marque perpétue son concept avec l’aide de designers renommés : Barber & Osgerby ont ainsi imaginé On & On, une collection de chaises et de tabourets fabriqués à partir de bouteilles en plastique recyclées, de pigment non toxique et de fibre de verre. emeco.net © Emeco

PHILIPPE STARCK

Parmi les nombreuses créations éco-design imaginées par le célébrissime Philippe Starck, figure le canapé Voltage EX-S de Cassina, habillé d’Apple Ten Lork, un matériau original conçu à base de pommes. Cette approche expérimentale du design contemporain permet d’explorer une alternative à l’utilisation au cuir. cassina.com © photos X. Muyard

TOLHUIJS

S’appuyant sur le constat que les usines rejettent des matériaux et objets de qualité, l’agence de design néerlandaise Tolhuijs a décidé d’offrir une seconde vie à ces déchets récupérés. En plus de sa démarche environnementale, le créateur collabore avec des prisons pour faciliter la réinsertion professionnelle des détenus. Avant de devenir la lampe Spool, le luminaire a eu une première vie en tant que bobine de fil à souder. tolhuijs.nl © Tolhuijs

PHILIPP HAINKE

Avec son projet Organico, le designer allemand Philipp Hainke utilise des ressources naturelles et renouvelables pour élaborer un matériau innovant : un adhésif composé de chaux hydratée et de caséine comprime les fibres de chanvre de manière à leur donner une forme solide. Ainsi, la chaise Halo en fibres de chanvre doit sa légèreté et sa stabilité à un liant d’origine organique. philipphainke.de © Philipp Hainke

ALVARO CATALÁN DE OCÓN

Le designer espagnol a imaginé la Pet Lamp en combinant la réutilisation de bouteilles en plastique abandonnées et les techniques de fabrication artisanales. L’objet est fabriqué en Colombie dans une zone où le palmier Paja Tetera pousse en abondance. La fibre de la plante est tissée de façon traditionnelle et teinte avec des pigments naturels locaux. catalandeocon.com © Alvaro Catalán de Ocón

LES FRÈRES CAMPANA

Fernando et Humberto Campana proposent un design écologique sur le principe de la récupération et du reconditionnement de déchets et de chutes industrielles. Edra est la première maison d’édition à avoir misé sur le talent des frères brésiliens. Ici, deux pièces emblématiques créées dans les années quatre-vingt-dix : la chaise Favela, constituée de bûchettes de bois récupérées, collées et clouées ; et le fauteuil Vermelha qui résulte d’une superposition de 500 mètres de cordes en acrylique. edra.com © Edra

PAULINE DELTOUR

La designer française a imaginé le tabouret Caña au retour d’un voyage en Colombie. La fibre utilisée est la Caña Flecha, issue d’une palme tropicale coupée et dégagée de ses feuilles pour obtenir des tiges. Pelées puis taillées en filaments, elles sont ensuite tissées de manière traditionnelle par des artisans locaux. paulinedeltour.com © Pauline Deltour

ALMUT

Le studio de design autrichien fabrique ses lampes avec des matières renouvelables issues du Tyrol : foin, herbe, fleurs, bois… Un traitement à la main préserve les propriétés des matériaux permettant ainsi aux objets de libérer un doux parfum champêtre. Cette lampe de la Ligne Design 2610 se compose de foin, de pétales de roses et de bleuets ; le pied et les armatures sont en hêtre et le câble en fibres naturelles. almutvonwildheim.com © Almut Von Wildheim

ATELIER LVDW

L’atelier néerlandais LVDW décline le concept biophile avec sa lampe Biophilic Light, mélange de bioplastique et de terre verte (pigment minéral naturel de teinte vert-gris) qui la rend 100 % biodégradable. Biophilic Light a été récompensée lors des International Green Interior Awards 2017. Pour son carrelage mural, le studio a créé un nouveau matériau composé de 50 % de fibre de jute, déchets émis par l’entreprise Forbo, créateur du sol lino. atelierlvdw.nl © LVDW

ORGANOID

Des surfaces qui fleurent bon la lavande, le foin, la menthe poivrée ou la citronnelle… Basée au Lichtenstein, la société Organoid Technologies élabore des revêtements muraux avec 500 matières premières différentes : pétales de fleurs, herbes, foin, épices, fibres de fruits… Son process de fabrication commence par une alimentation en électricité 100 % écologique et finit par l’emploi de liants sans biocides, adoucissants ni solvants. organoids.com © Organoid, Holz Specht

ABULEUSE FACTORY & REINE MÈRE

La gamme de luminaires signée Fabuleuse Factory & Reine Mère respecte les grands principes de l’éco-design : privilégier les matières premières locales, optimiser l’usinage pour éviter les pertes de matière, réduire la place dans le transport, etc. Chaque objet est durable, recyclable ou ayant peu d’impact lors de sa destruction. Chêne du Jura et tissus 100 % coton pour le lampadaire Eos, la lampe à poser Hélios et la lampe-table tripode Séléné. fabuleuse-factory.com © Stéphane Kovalsky

Nathalie Truche


Auteur : Claire Pélissier

Date de publication : 28 février 2020

Date de la dernière mise à jour : 21 mars 2023


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.