Design /

Gigi Rose Gray, capturer l’essence et la poétique des lieux

Gigi Rose Gray a l’art de dépeindre les atmosphères dans des rendus en graphite retravaillés, numérisés et colorisés sur Photoshop. Une belle vivacité de couleurs et de poésie. 


Hotel Bel Air – Dorcheston Collection

Gigi Rose Gray. Rien que son nom et son prénom dégagent les effluves parfumés et colorés d’une époque rétro. L’artiste-illustratrice new-yorkaise, installée à Los Angeles, nous immerge dans des lieux, des espaces et des architectures pour des voyages vers un ailleurs. Cette diplômée d’un Bachelor of Fine Arts de Parsons The New School for Design travaille sur divers projets avec la presse, l’édition, les marques et les institutions culturelles. Son portfolio met à profit ce mariage prospère entre procédé artisanal et numérique. Son style graphique est une attrayante variation de couleurs et de textures dans un jeu d’ambiance et de perspective. Dans son processus, Gigi Rose Gray dessine des croquis au crayon, élabore des calques pour les différents plans et personnages, s’attarde sur les ombres, ajoute la couleur sur Photoshop et crée ses propres textures en numérisant les tissus et matériaux pris en photo, avec des gouaches et du graphite.

Ambiances créatives

Elle signe ainsi une série pour Dorchester Collection, groupe d’hôtels de luxe appartenant au sultanat de Brunei -lequel a fait par ailleurs vive polémique en 2019. Du Beverly Hills Hotel au Bel Air en Californie en passant par le Plaza Athénée et l’Hôtel Meurice à Paris, elle parvient à capter l’effervescence de ces décors emblématiques. Ses influences ? La cinématographie des années 1950-70, les clichés surannés et les anciens numéros de Life Magazine. Sa série And we followed, dédiée à une expo pour le National Arts Club de New York, est du même acabit, nous faisant suivre des silhouettes féminines de dos, dans des moments figés dans le temps. Si elle s’inspire ici de l’approche de certains réalisateurs (Hitchcock, Cassavetes…), adeptes de la caméra subjective traquant les mouvements des personnages, elle pioche aussi dans les couleurs et les motifs des fashion shows de la fin des années 60. Ses séries Balconies, Positive Spaces ou encore Mysteries of the Met sont tout aussi captivantes, illustrant les juxtapositions de la nature à la vie urbaine. Gigi Rose Gray crée ainsi des intrigues sises dans des lieux aussi familiers qu’étrangers pour des atmosphères singulières.


Academy Theatre. Building. Colonnes. Gratte-ciel. Mur de briques. Train. Tropical.  Vue.
And we followed 


Balconies


45 Park Lane. Beverly Hills Hotel. Coworth Park. Eden. Hotel Meurice. Plaza Athenee
Dorcheston Collection


Metropolitan Museum of Art (Met)


Avion. Bateau. Escaliers.
Positive Spaces

Son site https://gigirosegray.com/
Son instagram https://www.instagram.com/gigirosegray/?hl=fr
Son agent https://www.tiphaine-illustration.com/fr/artistes/Gigi-Rose-Gray

Nathalie Dassa


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.