ARCHI / Incognito /

De locataires à acquéreurs, une appropriation s’impose pour cet Appartement Haussmannien !

C’est dans une rue calme du très chic 7ème arrondissement de Paris que cette famille fait confiance à l’architecte Camille Hermand pour repenser totalement l’espace de cette appartement Haussmannien.

Appartement de style Haussmannien pur jus, moulures et parquet point de Hongrie sont de mises… 

Après 10 années passées dans cet appartement de style haussmannien en tant que locataires, cette famille parisienne est confrontée à un choix drastique : quitter les lieux, ou en devenir propriétaires (NDLR : les locataires sont prioritaires à l’achat lorsque le logement qu’ils occupent est mis en vente). Louer un bien s’accompagne généralement du sentiment d’être chez soi « sans l’être vraiment ». Le mobilier choisi ou l’atmosphère créée participent à personnaliser un lieu, mais peu d’autres possibilités s’offrent à eux. Après tant d’années passées dans cet appartement, cumulées à l’amoncellement de souvenirs, ils décident de le racheter avec pour condition absolue : tout refaire. 

Table Caravane, et chaises « Trombone » dans l’espace repas du double séjour, suspension Artes par CTO Lighting, lampadaire bronze « Amande » Christian Liaigre. 

L’archi-textures

Afin de pouvoir s’approprier réellement l’espace et oublier ces dix années passées à se contraindre et se limiter, ils décident de faire appel à l’architecte d’intérieur Camille Hermand. Le moindre centimètre carré devra être modifié, soit par la couleur, la fonction ou encore le matériau. Le choix affirmé de la couleur verte dédiée aux pièces de jour est acté. Il permet un contraste fort, donne une fonction à chaque espace bien précise en délimitant visuellement cette pièce « enfin » ouverte… Car devenir propriétaire c’est pouvoir modifier l’espace et la forme d’un lieu. L’ouverture du double séjour offre une respiration, une circulation et une luminosité inespérées. Il devient « la » pièce de vie qui a enfin pris vie ! 

Douceur des matériaux et couleurs claires pour la partie salon, avec le canapé Calligaris, table basse « Aubier », fauteuil « Infante » et Lampadaire bronze « Port Louis » signés tous trois Christian Liaigre. 

Amateurs d’art et de design 

Les propriétaires sont de grands amateurs de design, art et mobilier aux signatures prestigieuses. L’appartement haussmannien regorge d’objets ou de tableaux dont ceux de l’artiste Valérie Demenge-Aurousseau placés dans l’entrée ou le séjour. Ou encore de deux sculptures de l’artiste Sylvie Mangaud, représentée par les galeries Hegoa et Géraldine Banier, trônant dans le salon. Les luminaires occupent eux aussi une place importante. Chaque espace a trouvé « sa » pièce maîtresse. Appliques, lampes de table, suspensions, lampadaires… Tout le registre est employé à des fins de personnalisation et illumination de l’appartement de style haussmannien, dans tous les sens du terme.

Le tableau de Valérie Demenge-Aurousseau et la suspension « BOLLE » de Radice & Gallotti sont magnifiés par le vert profond environnant. 

La couleur fonctionnelle

Pièce monochrome telle l’entrée, ce même vert passant par les murs, le plafond et les rideaux, ou « bichrome » comme pour la chambre parentale, dont le choix de couleur s’est porté sur le bleu, chaque espace est mis en scène Ce traitement apporte profondeur et luminosité. Casser le blanc majoritairement présent apporte du relief et souligne certains éléments de mobiliers. Ici, la fonction de bibliothèque crée par l’architecte, devient « l’objet » de décoration par excellence. Réussir à allier « fonctionnel et esthétisme » est une quête infinie et signature de projet architectural réussi.

Dans la chambre parentale l’élément bibliothèque de part et d’autre du miroir est central. Il est travaillé de manière à offrir un coin bureau. Le banc de lecture « cache-radiateur » prend alors tout son sens. 

La cuisine reprend le vert des pièces de jour et vient contrebalancer le marbre clair. Table « Guéridon » Jean Prouvé chez Vitra. Chaises Cannage C-Chair réédition Gascoin chez Gubi. 

Entièrement repensée, cette cuisine offre un côté « campagne à Paris ». Très fonctionnelle, elle permet de laisser place à un « coin repas ». 

L’appartement haussmannien fait nouvellement place à deux salles de bain quasi identiques plutôt qu’une, l’une avec une douche, celle-ci avec une baignoire. Les sols sont en marbre de chez Devon&Devon. 

Photos : Cécile Perrinet Lhermitte 

Texte : Célyne df Mazieres


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.