JET LAG / Monde /

Corée du Sud : opéra et symbolisme


Parmi les chefs-d’oeuvre architecturaux les plus attendus de 2021 figure l’opéra de Busan, en Corée du Sud, conçu par le prolifique cabinet d’architecture norvégien Snøhetta. 

La forme générale de ce projet titanesque est ancrée dans la philosophie coréenne du kun (ciel) du kon (terre) et du kam (eau). Tandis qu’une courbe s’élance vers le ciel, l’autre s’enracine dans la terre, à côté de la mer. Les trigrammes décrivent idéalement le site, tout en se référant aux liens forts qu’entretient la Corée du Sud avec son histoire et sa culture. Les lignes subtilement incurvées de la structure se frôlent et finissent par se réunir à certains endroits. La salle de l’opéra a été pensée comme un instrument de musique, façonnée pour accueillir le son et le diffuser le plus parfaitement possible. Ainsi, l’auditorium se pare de solides panneaux en bois de cerisier qui peuvent s’incliner pour modifier et s’adapter à l’acoustique de chaque événement.

365 jours par an

Les espaces communs arborent une rondeur visant à envelopper les visiteurs d’un mouvement qui semble ininterrompu. L’édifice a été imaginé pour s’ouvrir à tous. À l’extérieur, la toiture rendue accessible au public marque l’empreinte visuelle et philosophique des lieux. Pour les architectes de Snøhetta, le projet va transformer « le terrain de jeu d’une l’élite » en un espace interactif et démocratique, ouvert 365 jours par an. « Un lieu qui ne sera pas fait pour voir ni être vu mais pour se rencontrer. »



Nathalie Truche