Incognito /

Un havre provençal, propice à la retraite et la contemplation


Dans le Vaucluse, un tènement immobilier de 750m2 s’est transformé en une hospitalière  résidence secondaire pour un couple originaire de la région parisienne et ses enfants. Une restauration d’ampleur expliquée par Denis Begouaussel, décorateur du projet et fondateur de la boutique Histoire de Lieux à Vaison-la-Romaine.

Présentez-nous ce vaste chantier de rénovation…  

Baptisé le Domaine d’Arfuyen, cet ancien corps de ferme de 750m2 ressemble à un petit hameau composé de plusieurs maisons communiquant entre elles. Le tout est entouré de 42 hectares de terrain au paysage typiquement provençal, avec de la montagne, des forêts de pins et de chênes… Les travaux ont commencé en 2018 et pour l’heure, nous avons accompli la moitié du chantier. La restauration de trois bâtisses a commencé par celle remaniée dans les années 80, la mieux conservée de toutes. Cette première étape visait à créer une demeure de vacances chaleureuse avec cinq chambres et quatre salles de bains où les clients pourraient accueillir les membres de leur famille et leurs nombreux enfants.

Quelles étaient les grandes lignes du cahier des charges ?

Dans la première maison, les acquéreurs souhaitaient une ambiance contemporaine d’où le choix de verrières en métal, de sols en béton ciré et de teintes neutres. Le lieu est auréolé d’une atmosphère sobre, que je qualifierai de monacale, et qui s’exprime par exemple au travers de la grande salle à manger avec son immense table et ses chaises droites. Une maison confortable et facile à vivre, dotée de salles de bains spacieuses et minérales.

Quel a été le parti pris pour le salon au décor étonnant ?

Les derniers travaux ont porté sur ce grand salon cathédrale entièrement vêtu de noir, des murs au plafond. Dans cette pièce pivot qui relie deux maisons, le client voulait créer un visuel assez fort. L’objectif était de saisir les visiteurs, de les surprendre dès leur entrée dans les lieux. Pour susciter la réaction recherchée, nous avons imaginé un mur d’étagères en chêne brut sur lesquelles sont disposés des masques africains chinés par le propriétaire. C’est une belle réussite, le résultat est là !

Vous y avez apporté une pointe de couleur…

En réalité, les masques et les magnifiques tableaux de Roland Chanco, peintre français, ont servi de base pour concevoir toute la pièce. Le choix des canapés blancs en lin et velours de Bérangère Leroy, parsemés de coussins colorés, fait écho aux œuvres du peintre. À ces deux assises de trois mètres de long chacune s’ajoute un canapé corbeille en velours, au style plus traditionnel et à l’esprit tapissier. Cet aménagement répond à la volonté des enfants de pouvoir regarder la télévision dans un endroit cosy et très confortable.



Inspiration
Le grand salon cathédrale suscite un effet visuel fort avec sa teinte noire et son mur d’étagères exposant des masques africains. Ceux-ci et les magnifiques tableaux de Roland Chanco, peintre français, ont servi de base pour concevoir toute la pie?ce.

Épaisseurs
Sur les canapés blancs en lin de Bérangère Leroy, des matelas et coussins aux finitions choisies parmi sa collection de tissus.


Sur mesure
La cuisine a été conçue par Histoire de lieux, et réalisée par l’atelier Reynier, à Serres (Vaucluse).

Belle auste?rite?
La salle à manger est nimbée d’une atmosphère monacale. Table et chaises Timber ; suspensions Gras de DCW.

En plus d’être spacieuses, comment se distinguent les salles de bains ?

Pour les salles de bains, les propriétaires avaient des idées très précises : ils souhaitaient des douches à l’italienne, sans receveur et du béton ciré au sol et aux murs. Dans deux salles de bains, le choix des faïences s’est imposé : zellige noir dans l’une et céramique italienne en dégradé de vert dans l’autre. Des baignoires offrent une alternative aux grandes douches.


Mine?ral
Dans deux des salles de bains, le choix de la faïence s’est imposé : un zellige noir apporte toute son élégance.

Minimalisme
Dans cette salle d’eau au style épuré, les meubles sont réduits à leur strict minimum et les plans recouverts de béton ciré.

Décrivez-nous le coin nuit…

Dans la première maison, les sols sont habillés de parquet ainsi que l’ensemble du premier étage. Les teintes des murs, le linge de lit et le jeu des lumières confèrent une belle légèreté. Pour la deuxième maison, nous avons opté pour des matériaux naturels et texturés, bambous, cannages, l’apport de papier peint et de rideaux, en opposition les sols en béton ciré tempèrent l’ensemble. Ces choix amorcent la transition vers la dernière maison, la plus ancienne, pour laquelle un style XVIIIe français réactualisé est le brief de départ.


Douce nuit
L’agencement des chambres a été réalisé par L’Estagnié, à Saint-Romains-en-Viennois (Vaucluse), pour Histoire de lieux.

Pour finir, comment concevez-vous votre métier de décorateur ?

Assisté du cabinet AGEC et de solides équipes d’artisans, j’ai la chance de réaliser de nombreux projets, privés ou hôteliers, qui sont autant de belles rencontres. Architecture intérieure, création de mobilier, sélection de tissus et de revêtements muraux, sont mes terrains de jeux favoris. L’aventure est sans cesse renouvelée…


Pittoresque
Composé de plusieurs maisons communiquant entre elles, cet ancien 2 corps de ferme de 750 m ressemble à un petit hameau. Des hectares de montagnes, forêts de pin et de chênes se déroulent autour des bâtisses à l’architecture typiquement provençale.

www.histoiredelieux.com

Propos recueillis par Nathalie Truche
Photos ©Lorette Fabre


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.