ARCHI / Incognito /

Telle une lanterne dans le Finistère

Située sur les côtes bretonnes, l’habitation été conçue pour un client souffrant d’une perte de vue progressive et irréversible qui le conduira à n’entrevoir que de vagues formes. À sa demande, la lumière se devait d’être parfaite, homogène et sans éblouissement. 

De couleur blanche et noire, la bâtisse forme un parallélépipède opalescent et basculé, perforé par deux volumes longitudinaux de verre noir.

Cap vers Carantec, ravissante station balnéaire de la baie de Morlaix. C’est dans un quartier pavillonnaire placé en entrée de ville, que l’architecte Odile Decq a créé un objet insolite dont l’implantation tient toutefois compte des reculs réglementaires par rapport aux limites séparatives, tout en aménageant un espace de desserte et de stationnement d’appoint à proximité. La bâtisse blanche et noire forme un parallélépipède opalescent et basculé, perforé par deux volumes longitudinaux de verre noir qui abritent les fonctions utilitaires de la maison : salle de bains,  rangements, cuisine… 

L’atmosphère lumineuse et homogène offre au propriétaire – qui souffre d’une perte de vue progressive – un grand confort dans l’appréhension des espaces intérieurs. 

Pour l’éclairage artificiel, fixé à la toiture intérieure, la démarche d’Odile Decq consistait à rendre l’espace agréable et facile à vivre. 

Haute qualité environnementale 

Les parois sont constituées de deux panneaux en double vitrage isolant à diffusion de lumière. La dalle textile insérée dans leur cavité diffuse un éclairage sans ombres et fait pénétrer la lumière du jour profondément dans les espaces. La luminosité naturelle est donc maximisée tout en assurant une grande intimité. Seules quelques fenêtres basses transparentes offrent une vue proche sur le jardin. Les doubles panneaux – qui confèrent à la maison cet aspect blanc laiteux et translucide – présente une protection solaire performante et limite l’éblouissement. Pourvus d’une excellente isolation thermique, ces équipements innovants contribuent à qualifier l’opération de haute qualité environnementale.

Les parois se composent de deux panneaux en double vitrage isolant (Okalux K) qui offrent une  protection contre le soleil, l’éblouissement et une bonne isolation thermique. 

Une lumière douce et diffuse 

L’entrée se fait par un patio qui protège des regards et du vent et d’où l’on perçoit encore le ciel. Ce lieu de transition entre extérieur et intérieur donne accès à la pièce à vivre en double hauteur qui accueille un salon, une cuisine ouverte et une salle à manger. Deux chambres complètent le rez-de-chaussée tandis qu’un escalier intégralement composé de verre conduit à l’étage, vers une troisième chambre et sa salle de bains. Fixé à la structure intérieure du toit, l’éclairage artificiel du logement  vise à reprendre l’homogénéité de la lumière naturelle. S’ajoute à l’extérieur une série de spots périphériques alignés tout le long de la façade. La nuit tombée, la maison s’éclaire en émettant une lumière douce et diffuse, telle une lanterne. 

La dalle capillaire placée dans la cavité des panneaux permet un éclairage homogène et sans ombre tandis que la lumière du jour pénètre profondément dans la pièce.

La translucidité intégrale des parois, façades et toit, crée une lumière homogène et identique en tout point, une impression de cocon, qui isole du reste du monde.

Texte : Nathalie Truche

Photos : Philippe Ruault

www.odiledecq.com


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.