ÉVASION / Dans le monde /

Rosewood São Paulo : joyau vert dans la mégapole brésilienne

Pour concrétiser la vision qui l’habite depuis de longues années, l’entrepreneur Alexandre Allard a sollicité le talent de l’architecte Jean Nouvel et du designer Philippe Starck. Au brésil, l’hôtel Rosewood marque la première étape d’un projet fou.

L’hôtel appartient au joaillier hongkongais Chow Tai Fook, propriétaire du groupe hôtelier de luxe Rosewood. Il s’agit de son premier établissement en Amérique latine.

Le Rosewood São Paulo prend des airs d’oasis dans l’enclave historique de Cidade Matarazzo, un ensemble d’édifices construits au début du XXe siècle. Abritant aujourd’hui des résidences privées, des hôtels, des boutiques et des espaces de divertissement, le quartier s’est modernisé en conservant sa superbe d’antan. L’établissement hôtelier de luxe est né dans un bâtiment datant de 1904, une maternité fermée depuis plus de trente ans après avoir donné naissance à plus de 500 000 Brésiliens. Pétrie d’une riche histoire, la bâtisse revêt une symbolique et un attachement sentimental fort pour la ville.

À terme, le site de l’ancien hôpital déploiera 30 000 m² de bureaux, un centre d’expositions, une salle de cinéma, un studio d’enregistrement, des boutiques et une multitude de restaurants.

Jardins suspendus

Imaginée par l’architecte Jean Nouvel et l’entrepreneur Alexandre Allard, la tour futuriste a été pensée comme une ode à la nature brésilienne. La parcelle – qui se trouve à deux pas du parc de Matarazzo – apparaît aujourd’hui comme une extension verticale du parc avec ses façades parées des mêmes essences de plantes. L’intimité des résidents est assurée par des claustras, des arbres et des arbustes, par des rythmes et des ombres mêlant géométries orthogonales, sinuosités de branches et vibrations de feuilles. Ne pouvant pas utiliser de bardage en bois sur un immeuble aussi haut, Jean Nouvel a intégré un métal de couleur bois afin de créer une harmonie avec l’environnement.

Une règle absolue : le local

Philippe Starck a signé les intérieurs du Rosewood São Paulo qui comprend 160 chambres et suites. L’illustre designer a œuvré pendant sept ans, effectuant des allers-retours au Brésil afin de s’imprégner de sa culture, de ses matériaux, de son artisanat, des lignes et des couleurs. Des marqueteries au marbre, tout est local. Afin de dénicher les revêtements absolument parfaits pour les sols et les murs, Alexandre Allard a visité des centaines de carrières et puisé dans le large éventail de bois du Brésil. Parallèlement, des entreprises françaises ont contribué à la formation de milliers d’artisans locaux dans diverses techniques (plâtre, serrurerie, dorure…).

Pour Philippe Starck, « le rêve est simple : créer une île, créer un paradis au cœur de la ville, qui deviendra le centre de la vie de la ville. »

Des artistes sur mesure

Au-delà d’un hôtel, Alexandre Allard entendait célébrer la créativité brésilienne. Dans cette optique, le Rosewood São Paulo déploie une collection inédite de 450 œuvres d’art contemporaines créées par des artistes locaux triés sur le volet. La piscine du rooftop revêt des carreaux dessinés par Sandra Cinto ; le vitrail d’une rosace dans la chapelle Santa Luzia(1922) a été ouvragé par le plasticien Vik Muniz ; une gigantesque fresque murale du street-artist Speto orne un pan de l’entrée ; le sol déroule un immense tapis de Regina Silveira représentant un essaim d’insectes ; Fernando de la Rocque a peint à la main les murs en céramique du restaurant Blaise… Les 57 créateurs brésiliens ont eu carte blanche pour célébrer l’art de leur pays sous toutes ses formes, ses matières et ses couleurs.

L’architecte Rudy Ricciotti est intervenu dans le projet pour résoudre les problématiques liées à la mise en œuvre de lianes de béton de 5 à 8 cm de diamètre qui enveloppent la tour.

www.rosewoodsaopaulo.com

Texte Nathalie Truche

Photos : Ruy Texeira


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.