ARCHI / Architecture / Urbanisme / /

La Presqu’île : nouveau berceau de l’innovation

Presqu’île Grenoble Groupe 6


Presqu’île Grenoble Groupe 6 : Deux figures de proue à Oxford

Les bâtiments réalisés pour les sociétés Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes et Schneider Electric amorcent la renaissance de ce secteur grenoblois désormais voué à l’implantation de bureaux.

Visibles depuis la voie cycliste sur berge en formant un point focal au bout de l’avenue des Martyrs, les deux premiers édifices du siège du Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes agissent comme un signal d’entrée sur la Presqu’île par le pont d’Oxford (nommé ainsi en l’honneur du jumelage entre Grenoble et la ville anglaise). Conçus par l’agence d’architecture Groupe 6, les trois bâtiments dédiés à l’établissement bancaire présentent des volumes fragmentés constitués de deux ensembles décalés en hauteur. Pour l’équipe de concepteurs, « l’implantation du bâti sur la parcelle, conjuguée aux jeux des volumes, aux perspectives offertes et aux espaces paysagers, confère au site un caractère de campus contemporain. »

« Épiderme précieux »

Situés en proue de la Presqu’île grenobloise, les bureaux de la société Schneider Electric – également imaginés par le Groupe 6 – s’érigent en symbole du vent de dynamisme qui souffle sur ce quartier en devenir. Sans conteste, l’ensemble capte l’attention par sa volumétrie singulière, sa couleur bronze, et l’onirisme de ses éoliennes sur le toit. Définitivement ancré dans le paysage, l’édifice imprime son identité par une signature architecturale forte : « Un épiderme précieux, constitué d’une vêture en aluminium anodisé d’aspect bronze, habille la volumétrie rigoureuse et tramée du bâtiment », décrivent les architectes. Un parti pris visant à affirmer le prestige et l’excellence qu’abritent les lieux. 

EN MODE CAMPUS
Arborant un caractère de campus contemporain, le siège du Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes répond aux prescriptions urbaines de la Presqu’île.


ANCRÉ DANS LE PAYSAGE
À deux pas des rives de l’Isère, avec en toile de fond le massif de Belledonne, le cœur de l’entreprise Schneider bat au rythme de la nature.



Un pavillon de la mobilité à Cambridge

La construction du Pavillon de la mobilité sur l’îlot de Cambridge marque une étape dans la volonté de la métropole grenobloise de développer les déplacements et les transports de demain.

Dans son projet d’Écocité, la Ville de Grenoble entend accorder une place majeure aux transports en commun propres, aux modes de déplacement doux et alternatifs, comme à la promotion de nouveaux services liés à ces évolutions. À ce titre, l’îlot de Cambridge (baptisé en clin d’œil au secteur Oxford) accueillera un équipement de 477 places de stationnement et de 100 places pour les vélos, complété par un Pavillon de la mobilité et d’un commerce.

Motifs plissés

Retenue pour réaliser l’ouvrage, l’équipe d’AAUPC Chavannes & Associés a imaginé un « objet architectural original » constitué de deux esthétiques différenciées mais indissociables : l’une, légère, aérienne, de couleur bronze et en métal, rythme le corps principal de l’édifice dédié au stationnement. L’autre, en verre et en béton matricé aux motifs plissés, telles les ondulations des roches hercyniennes des contreforts alpins, abrite le Pavillon de la mobilité et la surface commerciale en rez-de-chaussée. Mise en service prévue au 2e trimestre 2018. 

DOUBLE VERTU
Le Pavillon de la mobilité a été conçu de manière à allier élégance architecturale et efficacité fonctionnelle.


Nathalie Truche