ARCHI / Incognito /

La villa Tugendhat, moderne pour l’éternité

Conçue dans les années trente par l’architecte Mies van der Rohe, la villa Tugendhat, cette œuvre pionnière édifiée en République tchèque, intégrait une conception spatiale et esthétique répondant à un nouveau mode de vie.

Invisible

Construite sur un terrain en pente, l’habitation de 900 m2 dévoile deux autres étages qui ne se devinent pas côté rue.

L’histoire commence lorsque Fritz Tugendhat, un riche fabricant de laine, épouse Greta Low-Beers, fille d’un industriel ayant également fait fortune dans le textile. En cadeau de mariage, les deux tourtereaux reçoivent de leurs parents une belle parcelle surplombant la ville de Brno, en Moravie du Sud (République tchèque). Pour concevoir leur nid d’amour, les jeunes mariés font appel à l’éminent architecte allemand Ludwig Mies van der Rohe, alors directeur du Bauhaus, la célèbre école de design.

La fonction guide le design

Nous sommes en 1929-1930. Profitant des moyens offerts par l’essor de la production industrielle, de nouveaux besoins apparaissent. L’architecture résidentielle s’adapte à un style de vie moderne via des concepts spatiaux et esthétiques novateurs pour l’époque. Selon Mies, un logement ne doit servir qu’à… loger. Adepte du fonctionnalisme, le concepteur se concentre sur l’essentiel et dote la Villa Tugendhat de trois niveaux : le sous-sol (local technique) ; le rez-de-jardin (espace de vie, de réception et de service : cuisine, salle de préparation, chambres des domestiques…). Enfin, un rez-de-chaussée côté rue accueille le coin nuit du couple, de ses enfants et de la gouvernante.

Technique

Un ingénieux système permettait de baisser les grands châssis vitrés de 3 x 5 m du séjour en les faisant rentrer verticalement dans le sol.

Pas d’obstacles visuels

Les nouvelles techniques et nouveaux matériaux de construction sont pleinement exploités par les tenants du modernisme. Ludwig Mies van der Rohe choisit le béton, la brique, le verre et l’acier pour façonner l’architecture légère et minimaliste qui lui est chère. Ainsi, la structure principale de la maison est faite de dalles en béton armé soutenues par des poteaux cruciformes en acier. Le système permet d’éviter les murs et piliers porteurs pour appliquer le principe du plan libre. De cette manière, les différentes pièces à vivre de la Villa Tugendhat (salon, salle à manger, bureau) cohabitent sans être cloisonnées. Dans la même optique, l’espace de vie est entièrement vitré afin de supprimer la barrière dedans-dehors.

L’excellence des matériaux

Pour l’aménagement intérieur, l’architecte allemand réalise un minutieux travail sur la matière avec ses collègues Lilly Reich et Sergius Ruegenberg. La sélection des matériaux puise dans une palette précieuse : sol en travertin d’Italie, panneau en bois d’ébène de Macassar, paroi en onyx du Maroc… Le mobilier affiche des lignes pures, sans maniérisme, telle que la célèbre chaise Tugendhat avec sa structure en acier tubulaire, son assise matelassée et ses liens de cuir. Enfin, la majorité des pièces revêtent des nuances de tons clairs (blanc, sable, ivoire…) renforçant l’impression de fluidité et de modernité. Inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, la Villa Tugendhat peut se visiter en compagnie d’un guide.

La villa

Texte Nathalie Truche

Photos David Zidlicky

Précieux

Fils d’un tailleur de pierre, Ludwig Mies van der Rohe a imaginé un magnifique panneau en onyx provenant de l’Atlas marocain.

Intemporel

La chaise longue MR 100 en velours rouge de Ludwig Mies van der Rohe est toujours éditée aujourd’hui (chez Knoll).

Fluidité

Le mur courbe en ébène de Macassar délimite l’espace réunion sans le cloisonner. La chaise Brno se distingue pas sa structure en acier tubulaire.

Bauhaus

Piètement en croix pour le fauteuil Barcelona et cadre en acier plat pour la chaise Tugendhat. Deux  créations iconiques de l’architecte allemand.

  1. Raffinement

Le sol du hall d’entrée et les marches de l’escalier menant à l’étage principal revêtent un travertin venant de Tivoli, en Italie.

2. Domestique

Situées à l’étage de service, la cuisine et la salle de préparation étaient utilisées par le personnel de maison. 

Luminosité 

Mur en plâtre au ton ivoire et sol en linoleum blanc pour la chambre de Fritz Tugendhat et son coin bureau.

Intimité

L’espace privé de Greta Tugendhat se pare d’un petit salon-lecture, d’une chambre et d’un dressing en bois de rose.

1. Coin nuit

Au rez-de-chaussée, côté rue, l’étage accueille l’espace privé de toute la famille et de la gouvernante. Ici, la salle de bains des parents.

2. Point d’appui

Ludwig Mies van der Rohe a conçu la chaise Brno sur le principe de ses autres assises cantilever, c’est-à-dire sur le système de porte-à-faux de la structure.

Ernst et Herbert

La chambre des deux fils du couple Tugendhat s’habille d’un mobilier en bois laqué blanc. Un évier est encastré dans le dressing.

  1. Collector

En 1925, le designer danois Louis Poulsen présentait sa première lampe PH au public. La Villa Tagendhat s’en est aussitôt dotée.

2. Croix

Les poteaux en acier cruciformes placés à l’extérieur étaient en laiton avec une patine de couleur bronze cuivré.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.