Accueil / ARCHI / Incognito /

À Bruxelles, éclats de matières et de couleurs 

L’architecte d’intérieur Victoria-Maria Geyer a niché sa famille dans un hôtel particulier abritant jadis des bureaux. Au terme de dix mois de travaux, a éclos un bouquet de tons, de textures et de styles.

Signatures. Un duo iconique formé par la chaise Harpe de Jørgen Høvelskov et le fauteuil à bascule RAR de Eames (Vitra). Dialogue entre deux canapés : celui de Joseph Franck, vêtu de son luxuriant tissu d’origine, et Sesann, créé par Gianfranco Frattini (Tacchini).

Les volumes, la hauteur sous plafond, les moulures, les cheminées ou encore le jardin conquièrent le coeur de Victoria-Maria Geyer, le jour où elle visite la bâtisse des années vingt. Pour accueillir sa tribu et une extension de son agence, l’architecte d’intérieur repense entièrement l’ancien hôtel particulier de 600 m2. Murs gris, couloirs sombres et ambiance morose disparaissent à la faveur d’un brassage de teintes, d’époques et de matériaux. Les compositions éclectiques constituent l’ADN de Victoria-Maria Geyer qui puise son inspiration en globe-trottant, à l’affût d’idées, d’objets, de fournisseurs qui sortent des sentiers battus. La Bruxelloise d’adoption, née en Allemagne, fait fi du mobilier tendance, des griffes prestigieuses, de la mode en général. Pour sa maison comme pour ses clients, elle fonctionne à l’instinct, aux adresses confidentielles, tout en guignant le design actuel. Son habitation reflète ainsi son attachement aux pièces singulières et son génie de la mise en scène.

Rétro. Sur un buffet des années cinquante, trône une lampe de chevet du XIXe en bois sculpté de cygnes. 

Une maison, deux siècles

Éprise de couleurs, de matières, d’ornementations, la décoratrice a semé son audace à tous les étages tout en préservant les atouts du vieil édifice. Cette passionnée d’histoire de l’art a naturellement conservé des éléments d’origine au cachet indéniable. Le hall d’entrée garde la mosaïque au sol, le marbre jaune au pied de l’escalier, les barreaux torsadés de la rambarde ou encore, les cloisons en arches. En revanche, grand chambardement dans la cuisine que la propriétaire a voulue « comme une boîte ».

Effet cocon garanti

Le terrazzo enveloppe le sol, le mur et le plan de travail. Côté salon, un revêtement mural en soie sauvage accueille les photos XXL d’une paire de hiboux aux yeux perçants. Victoria-Maria Geyer adore les objets qu’elle s’amuse à associer depuis sa plus tendre enfance. Sa maison fait défiler les deux derniers siècles mais peu lui chaut l’époque ou le style, la designer sait quelle place réserver à une pièce qui lui plaît. Tel un puzzle, son parti pris décoratif révèle toute son harmonie une fois les éléments assemblés.

1 Envoûtant Deux hiboux sur un mur habillé de soie sauvage Élitis. Esprit vintage avec le canapé en cuir de Tobias Scarpa et le fauteuil brésilien de Percival Lafer. 2 Éclats. Comme le sol, la crédence se pare de terrazzo. Derrière les tabourets Charles & Ray Eames (Vitra), une cuisine en laiton et noyer. 3 Terrazzo. Mur et sol revêtent une pierre Marmoreal développée par le designer Max Lamb et éditée par Dzek.

Artichaut. À l’image des autres pièces de la maison, la salle à manger affiche un style éclectique. Suspension Artichoke de Poul Henningsen. 


1 Textures. Au pied des fauteuils Elda de Joe Colombo, deux confections Pierre Frey : le tapis Labyrinthe et le pouf en laiton et velours. 2 Fantaisie. Victoria Maria a ramené de Lisbonne ces drôles de miroirs pliés en haut. La console biseautée a été réalisée sur mesure. 3 Histoire. La rambarde et ses barreaux torsadés datent de la construction de la bâtisse, dans les années vingt.

1 Ouverture. Les grandes fenêtres inondent de lumière la sublime salle de bains en marbre. 2 Escapade. Le papier peint Savane de Pierre Frey confère un brin d’exotisme à l’une des chambres pour enfant. 3 Campagne. Touche champêtre avec la table de chevet laquée vert fougère, la lampe en jarre de vin et les oeuvres de Priscilla Bracht.

victoria-maria.com

Photos Belen Imaz et Pedro Bermejo I Texte Nathalie Truche


Auteur : Claire Pélissier

Date de publication : 24 février 2023

Date de la dernière mise à jour : 28 février 2023


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.