Design /

Ija ou l’amour de la Méditerranée

En fondant Ija, Marine Cocaign’-Schmidt a concrétisé un rêve qui faisait sens à ses yeux : l’élaboration d’objets de décoration en collaboration avec des artisans du pourtour méditerranéen. 

En 2019, alors installée dans la banlieue du grand Tunis, la Marseillaise d’origine Marine Cocaign’-Schmidt a ouvert un nouveau chapitre de sa vie. Amoureuse des savoir-faire locaux, l’ancienne juriste a décidé de lancer ija, un concept de valorisation de l’artisanat méditerranéen. Sa patte ? La création d’objets mêlant art, technique, design et poésie. Des ouvrages composés de belles matières, telles que le fer forgé, le cuir ou la fibre de palmier. Ija (« viens » en tunisien), se veut une déclaration d’amour de la jeune femme à la Tunisie, pays qui a vu naître ses enfants et plus largement, au bassin méditerranéen, « une terre d’accueil fascinante par ses différents visages, sa complexité mais aussi sa simplicité » résume-t-elle. Lampe en forme d’hirondelles ou suspension jonglant entre chapeau et parasol, le concept tient du oaï (désordre) marseillais et du souk tunisien. Pour la designer, « au-delà de promouvoir le fait main, ija est un éloge de l’irrégularité. »


 

1 Onde Miraï, une applique en fibre de palmier tressée et tissée à la main. Structure en acier époxy blanc. 2 Vague Ondine, une décoration murale qui suit le mouvement de la mer. En fibre de palmier. Ø environ 170 cm. 3 Renaissance Basée sur la Riviera, Marine Cocaign’-Schmidt a changé de vie en 2019 pour fonder ija. 

Nathalie Truche
www.i-j-a.com


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.