ARCHI / Incognito /

Déco ethnico-écolo-bobo pour cet ancien cabinet médical

Un ancien cabinet médical transformé en sublime maison de ville : c’est dans cet écrin du XIXème, qu’une famille recomposée, recompose l’espace… 

Le mobilier en acajou servant de rangement aux préparations médicales ou bistouris divers et variés sert aujourd’hui de vaisselier. 

La magie vintage « opère »

C’est dans l’ancien cabinet médical que s’opère aujourd’hui, non plus les patients, mais les meilleures recettes de cuisine ! Cette maison classique de la fin du XIXème siècle était partagée en deux espaces bien distincts. D’un côté : un cabinet médical, une salle d’attente, et des arrières pièces consacrées aux préparations médicales. De l’autre : la maison du médecin et de sa famille. Lorsque les derniers acquéreurs visitent les lieux, le charme opère immédiatement. Aucuns travaux à prévoir, seulement du remodelage ou « home staging » … Une forme d’écologie avant l’heure ! Seules les peintures et la décoration sont à imaginer dans cette maison avantagée par les codes du classique : moulures, cheminées, parquet, vieux carrelages. 

L’ancienne salle d’attente s’est transformée en petit salon cocooning aux allures de « vintage chic ». Cheminée agrémentée d’un faux poêle, note d’humour en décalage total avec les codes classiques. 

Chiner, voyager, recycler

Les passions des propriétaires : chiner, voyager, recycler. Trois jolies raisons de transformer les lieux en un intérieur très personnel et décoré avec goût, le tout à moindre coût. Dans le petit salon dédié à la lecture et au home cinéma, une table basse chinée au Danemark, un canapé trouvé chez Emmaüs, un plâtre à l’effigie du Christ chiné aux puces de Saint-Ouen et une signature : le fauteuil AA Butterfly nouvellement tapissé. Les coussins quant à eux arrivent du Mexique et les tableaux ont été trouvés dans une rue à Marrakech, abandonnés pour le plus grand plaisir de ces collectionneurs de vintage, apparaît dans l’entrée du salon suivant, un tableau représentant un ancien notaire. Il vient d’un marché aux puces bruxellois. Un véritable voyage accentué par les bleus profonds choisis pour animer les murs et souligner les moulures. 

A l’étage, place à de nouvelles couleurs et destinations voyages ! L’applique année 60’ s’accorde parfaitement avec le rose pop et les tapis rapportés du Mexique. Tableaux chinés lors d’un voyage en Inde. 

Un bleu pastel est choisi pour la salle de bain, restée au maximum dans son jus. Carrelage au sol et vasque d’origines. Côté déco, les trouvailles reviennent d’Afrique. 

Le rose poudré Unikalo d’une des chambres apporte douceur et personnalité et contraste avec le linge de lit en lin bleu outremer de chez MERCI. Menuiserie pour la tête de lit réalisée par Marc Thieuleux (Bordeaux). 

Composer et recomposer

Famille recomposée de 5 enfants, tous unis par cette même passion du voyage et du vintage, la « double » maison est une joyeuse (re)composition de souvenirs ramenés par les uns et les autres. Ce métissage opère et apporte une touche on ne peut plus particulière. La métaphore de la mixité et du multiculturalisme est à son comble. Désireux de préserver au maximum l’histoire de cette maison, ils viennent l’habiller et l’habiter en tenant compte de sa propre histoire. L’atmosphère est douce, positive et incontestablement personnelle… 

C’est « la » rencontre d’un passé d’un présent et d’un futur, celle de l’histoire d’un lieu, d’une famille nombreuse et d’un attachement au vintage ou recyclage, ce tout tourné vers un monde qui s’offre à eux.

Le sol et la porte battante du cabinet médical sont d’époque. Une longue table de 270cm chinée à la campagne s’impose pour accueillir tout ce petit monde. 

Ce salon est dédié aux apéritifs dînatoires ou autres festivités. Table basse et canapés trouvés chez Emmaüs, lampe Pipistrello et suspensions Ikea, tapis chiné sur Selency. 

Salon lecture ou home cinéma. Suspension Kartell orange assortie au tapis chiné sur Leboncoin. Table basse années 50’ rapportée d’un marché aux puces danois. 

Photos : Cécile Perrinet Lhermitte

Texte : Célyne df Mazieres


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.