ARCHI / Visites privées /

À Dijon, un élégant bond dans le temps


Tout en gardant son cachet d’antan, la bâtisse des années trente est entrée dans le XXIe siècle au terme d’une importante rénovation. Plus fonctionnelle et design, elle s’est mise au goût du jour.

Les enfants grandissent, le mode vie change, les envies évoluent… C’est un nouveau souffle que les propriétaires ont souhaité donner à leur foyer qu’ils occupent depuis vingt ans à Dijon. Pour la maison de design et d’architecture intérieure OliveNoire, un premier objectif visait à optimiser la fonctionnalité et la circulation du rez-de-chaussée. Les petites pièces typiques des anciennes constructions ont ainsi disparu sous l’effet d’une opération de décloisonnement. De là est né un vaste espace de vie. On casse, on remblaie, on coule une dalle : le niveau de la cuisine est rabaissé pour obtenir un plain-pied avec le jardin et profiter des extérieurs sans avoir à gravir de marches. Pour faciliter les déplacements, une suite parentale est créée au rez-de-chaussée ainsi qu’une extension qui accueille désormais un salon. Le gros oeuvre achevé, il s’agit dès lors d’aménager l’intérieur : les clients souhaitent moderniser en conservant l’esprit des années trente.

Blanc saupoudré de noir
Les parquets d’origine sont poncés et revitrifiés en mat de manière à retrouver une seconde jeunesse. La cuisine et la salle à manger arborent des carreaux en grès cérame dont l’aspect terrazzo s’inscrit dans la palette des matériaux d’époque. Pour accentuer la clarté, les murs se parent de blanc. Le noir se montre par touches : encadrements de fenêtre, table, chaises, plan de travail. Dans le coin TV, un bleu profond plonge les occupants dans l’ambiance obscure d’une salle de cinéma. Un choix guidé par la volonté de noyer l’écran de télévision dans le décor et de s’isoler pendant la séance.

Traverser le temps

Un important ouvrage de menuiserie a abouti à la création de belles pièces en placage chêne : éléments et étagère de cuisine, porte à galandage et placard de salle de bains. Une pointe d’originalité court dans la cage d’escalier avec le papier peint Mediterranea de Fornasseti. Dans le salon, le superbe tapis Pierre Frey confectionné sur mesure attire tous les regards. Pour ce projet de rénovation, la sélection des teintes – noir et blanc – et des matières chaleureuses a exaucé le voeu des propriétaires : que leur maison traverse le temps sans prendre une ride !

www.olivenoire.archi


Mobilier design
Canapé Ray en velours B&B Italia ; chaises à bascule Eames, édition Herman Miller. Lampe à poser Costanza par Luceplan ; lampes suspension de Gras chez DCW éditions.

Tissé main
À droite sélection des teintes et des motifs : le tapis signé Pierre Frey – décor Braquenié – a été confectionné sur mesure.

Clarté
Suspension Zettel’z Ingo Maurer ; chaises Master Kartell ; table Naver en chêne ; radiateur Acova ; interrupteur Odace Schneider.

Noir, blanc, bois
Suspensions Les Acrobates de Gras, DCW éditions ; crédence zellige noir Mosaic del Sur ; plan de travail en granit du Zimbabwe finition brillant ; placage bois Menuiserie Louet.


Voyage
À l’origine, le papier peint Mediterranea a été créé dans les années quarante par Piero Fornasetti pour sa résidence milanaise. Disponible
chez Cole and Son.

Bleu profond
Canapé Lazy Working Sofa de Starck chez Cassina ; lampe à poser Costanza chez Luceplan. Peinture couleur Le Corbusier by Keim.


Feutré
Applique en lamelles bois laqué noir de Secto Design ; papier peint Dots collection Le Corbusier chez Arte International.

Notes rétro
Tapis Nanimarquina ; tête de lit sur mesure laquée noir puis tapissée ; meuble en placage bois réalisé par la Menuiserie Louet ; linge de lit AMPM.


Texte Nathalie Truche
Photos Jérémie Blancféné