ARCHI / Visites privées /

À Chicago, le bois dans un manteau de béton


Le défi à relever pour l’architecte? Donner une fonction d’habitation à un espace industriel autrefois dédié à l’assemblage et à l’exposition d’automobiles. 

Avant la rénovation, cette structure centenaire abritait une cuisine peinte en noir nichée sous une mansarde ainsi qu’un salon dépourvu d’organisation et de rangement. Lorsque l’architecte Vladimir Radutny foule les trois niveaux de 209 m2, il constate aussitôt que « la configuration de cette immense coquille volumétrique n’était pas du tout adaptée à une vie domestique. » Dans le but de conserver l’esprit industriel des lieux, le cabinet d’architecture a préservé les détails structurels tels que le plafond en béton et les piliers. Et pour offrir un foyer confortable au couple propriétaire, il a ajouté des volumes en bois et en acier tandis que les aménagements fonctionnels (buanderie, installations techniques, rangement…) se cachent dans des armoires intégrées et réparties stratégiquement dans tout le logement. Au nombre des créations proposées par l’architecte figure une plateforme en bois surélevée qui court tout le long de la pièce à vivre.

Cette couronne organise alors l’immensité de l’espace de vie, crée un écrin intime au mobilier et une toile de fond pour les plantes et les objets des clients. Quant à l’idée de placer un gros cube en acier noir, elle visait à cacher la chambre à coucher et apporter un ancrage visuel au salon. En s’ouvrant, les panneaux du cube révèlent plusieurs utilisations dont du rangement, la dissimulation du téléviseur et d’éléments techniques.

Séparé mais connecté

Les placards et comptoir blancs de la cuisine reflètent la lumière naturelle abondante dont jouit le loft et contrastent avec les murs en briques apparentes. Le blanc revient en écho sur l’armoire de la chambre à coucher et dans les salles de bains, aux côtés d’une abondance de bois, matériau choisi pour tisser une atmosphère chaleureuse.

Les étages abritent un coin nuit pour les visiteurs et les zones de travail du couple, permettant ainsi aux pièces d’être à la fois séparées et connectées tout au long de la journée. Au niveau supérieur, où se dévoile enfin le plafond en béton, une porte mène à un vaste jardin extérieur donnant sur les toits de la ville. Bien que sinueux, les espaces s’imbriquent comme une seule et même habitation à l’intérieur d’une enveloppe de béton brut. « Aujourd’hui, quand on entre dans cette demeure par le vestibule revêtu de bois, le sentiment de se trouver dans une impressionnante salle industrielle est très atténué, explique Vladimir Radutny. Les composants architecturaux, le choix des matériaux et l’éclairage théâtral ont contribué à diminuer la dominance spatiale tout en maintenant l’ouverture et la clarté des lieux. »

radutny.com


Piédestal
La plateforme en bois surélevée qui ceinture l’espace de vie forme un écrin pour l’agencement du mobilier, des plantes et des bibelots du couple.


Dissimulation
Le cube en acier noir cache la chambre à coucher. Ses panneaux recèlent le téléviseur, des installations techniques et du rangement.

Industriel
Les touches de gris et noir, le choix du métal et le style des luminaires contribuent à garder l’âme de cet ancien atelier automobile.


Parti pris
Pour préserver le cachet des lieux, Vladimir Radutny a gardé à l’état brut certains éléments structurels comme le plafond en béton et les piliers.


Contraste
Dans cette demeure marquée par son passé industriel, le bois a été choisi pour contraster et créer un sentiment de chaleur et confort.

Mansardée
Une zone de travail a été aménagée pour le couple dans la partie supérieure du loft, là où se dévoile le plafond de béton.


Sérénité
La couleur blanche et le lambris font de la chambre un havre de paix au coeur d’une ville effervescente.

Clarté
La palette de couleurs puise principalement dans le blanc qui pare les salles de bains, la chambre et la cuisine.


Texte Nathalie Truche
Photos Mike Schwartz