Design /

Un studio d’art industriel à Berlin

L’artiste et architecte d’intérieur Ewelina Makosa et le designer Jan Garncarek ont transformé un entrepôt d’une ancienne usine berlinoise en un superbe studio d’art.

Intérieurs bruts, haut de plafond et bain de lumière, l’espace magnifique a de quoi inspirer. Son histoire également. À la vue de l’entrepôt, ce fut l’évidence pour Ewelina Makosa et Jan Garncarek d’installer leur studio d’art en 2017. Ce bâtiment, sis dans le quartier paisible de Reinickendorf à Berlin, entouré de parcs et d’un lac, est une ancienne usine de fabrication, probablement de pièces d’avion de la Seconde Guerre mondiale. Selon les propos d’Ewelina Makosa, artiste et architecte d’intérieur, il est resté inaperçu « jusqu’à ce qu’un charpentier irlandais le loue et le rénove, sectionnant l’espace en plusieurs ateliers artistiques. » Le couple d’origine polonaise a ainsi récupéré l’entrepôt, stoppant les travaux pour conserver les murs et les sols d’origine, « témoins de l’époque où les postes de travail et les machines étaient en cours de démontage. »

Havre de création

Depuis lors, leur approche est de constamment changer le lieu : « Nous aimons expérimenter en matière d’intérieur, de design ou d’art », explique-t-elle « L’espace lui-même est une source d’inspiration. » Ce studio de 94 mètres carrés et de 5 mètres de haut combine à merveille l’ancien et le contemporain, invitant à la concentration et à la contemplation avec ces grandes fenêtres qui laissent abondamment pénétrer la lumière naturelle. Entre surface de béton apparente, de bois blanc et de briques, Ewelina Makosa joue avec les traces, les vestiges du passé et l’héritage industriel. Une philosophie de conception récurrente dans son travail où elle tente d’équilibrer sans cesse tradition et modernité.

Beauté ascétique

Ce superbe loft fait ainsi place à un salon, un bureau, une cuisine et même un petit coin sport, avec une mezzanine où se nichent un grand lit et une baignoire dans une atmosphère cosy. À l’étage, le sol en parquet et les rideaux blancs adoucissent l’âpreté des surfaces de béton, partiellement peintes en blanc. La plupart des pièces de Jan Garncarek, designer de meubles et de luminaire, sont conçues sous sa marque éponyme et faites principalement en laiton avec une esthétique Art déco d’avant-guerre. Le choix du mobilier, des objets et des œuvres d’art donnent incroyablement du style, de l’éclat et du dynamisme à l’ensemble, toujours garni de plantes. Un cadre idéal donc, pour nourrir leur créativité et développer leurs projets entre l’Allemagne et la Pologne, tout en se sentant chez eux.


Entrée. Porte de l’entrepôt. Dans le bâtiment vit également un groupe de voisins créatifs triés sur le volet

 Salon en 2021

Salon en 2020

Brassage de styles. Le canapé Tatra, produit en série en Tchécoslovaquie dans les années 1950, la table basse en laiton et en marbre, et les suspensions U2, également en laiton, subliment le salon en constante transformation.


Sport. Un petit espace est prévu pour s’entraîner avec sac de frappe et équipement pour musculation et fitness.

Coin cuisine. Un plan de travail est placé le long du mur de briques sous la mezzanine, servie par un escalier en bois, et met en évidence la table à manger pour quatre, six ou huit personnes.

www.makosainteriors.com

jangarncarek.com

Crédit photo Anne Catherine Scoffoni
Texte par Nathalie Dassa


Les commentaires sont fermés.