ARCHI / Visites privées /

Luxueuse sobriété nippone à Sevrier


Chloé Rivière a étudié l’architecture et les sciences de l’environnement. Sa première expérience en tant qu’assistante architecte s’est réalisée au Japon. Un pays dont sa maison d’hôtes s’imprègne profondément mais sans ostentation. Récit d’une rénovation japonisante en Haute-Savoie.

Traits D’co : Quelle est la genèse de votre maison d’hôtes à Sevrier ?

Chloé Rivière : Il y a près de trois ans, j’ai visité cette bâtisse des années soixante-dix avec le projet d’insérer une ambiance japonaise dans une demeure en Haute-Savoie. Cette maison de maçon était originale dans le sens où elle disposait déjà de grands volumes mais de l’extérieur, elle ne présentait pas un charme évident. Tout le défi consistait à sublimer cette vieille bâtisse de 550 m2. L’idée à terme était de vivre sur place dans le but d’accueillir les clients, les conseiller, échanger avec eux sur les attraits de la région, les activités alternatives à pratiquer ici. Baptisée Gokan, la maison d’hôtes a ouvert ses portes en janvier 2021.

Quels travaux avez-vous accomplis ?

Avec l’aide de la société Métamorphoses, qui regroupe des professionnels de l’habitat tous corps d’état, nous avons tout refait à part les dalles et quelques murs porteurs. Sylvie Crochet, architecte d’intérieur, a conçu l’aménagement des pièces, la décoration, le style, l’ameublement, les niches, les éclairages et les formes géométriques. Tout comme moi, elle éprouve une extrême sensibilité envers le Japon et notre co-construction a été très intéressante. Sa contribution a permis d’apporter une harmonie dans les tons et les matériaux.

Comment s’articule la maison ?

Elle se déploie sur trois étages et cinq chambres. Une sixième est privée, ou privatisable par des clients organisateurs d’évènements. Dédié au bien-être, un rez-de-jardin de 150 m2 propose balnéo, sauna, hammam, piscine intérieure, espace détente et salle de massage. La maison est aussi dotée d’une grande cuisine, d’un vaste salon et d’une véranda spacieuse, dont on ferme une partie pour créer un jardin d’hiver. S’ajoute un terrain de 2 500 m2 dont la vue sur une parcelle agricole donne un air de campagne au site. Une piscine extérieure vient agrémenter l’ensemble.

Quelle ambiance avez-vous voulu tisser ?

Gokan signifie « cinq sens » en japonais. Mais plus que les cinq sens, nous avons réfléchi aux cinq éléments et imprégné les cinq chambres de ces thématiques : le feu, l’esprit, l’eau, la terre et le vent. Nous avons choisi des matériaux sobres et bruts pour susciter les sensations : la chaleur du bois, le froid du métal, la minéralité de la pierre… Des matériaux nobles et simples à la fois.

« Au coeur de la rénovation, l’amour du Japon, sobre et sans artifice »

Quel choix de couleurs avez-vous fait ?

Les tons puisent dans une palette chaude et neutre. Nous avons utilisé beaucoup de taupe, mais aussi du gris et du marron. Ce sont des teintes apaisantes et cohérentes afin de garder une uniformité dans tout l’espace. Le mobilier apporte un aspect sobre, rustique et sans artifice au lieu.

Et pour les matières ?

Dans les espaces d’eau, nous avons utilisé du béton ciré et de la résine. Nous avons opté pour une résine de haute qualité qui, appliquée par un artisan chevronné, donne un résultat parfait. Le sol revêt aujourd’hui une superbe patine douce. Les autres matières sont fournies par le mobilier en bois et les tissus en lin. Des textures assez légères d’une façon générale.

« Par le choix des matériaux et des tons, chaque chambre reflète un des cinq éléments »

Comment votre expérience au japon se traduit dans la maison ?

L’amour du Japon se place au coeur de la rénovation. La demeure est un hébergement haut de gamme mais les choix s’appuient sur la sobriété. Le luxe est présent sans ostentation. L’architecture japonaise se retrouve dans la cuisine avec les écrans coulissants qui donnent sur le paysage, comme des cartes postales. Trois panneaux de verre ouvrent sur le salon et sur la véranda qui elle-même se projette vers le jardin. Au Japon, la technique de parois transparentes vise à créer des vues, à superposer les plans. Intégrer l’environnement dans la conception d’un bâtiment constitue le fondement de la formation que j’ai reçue. Plus qu’une impression visuelle, un véritable lien s’instaure entre l’espace naturel et le lieu où l’on vit.

www.maisongokan.com



Traditionnel
Par son aménagement et son mobilier, la cuisine s’inspire de la tradition japonaise et du style épuré scandinave. Tabourets Ethnicraft.

Double plaisir
Maison Gokan possède une piscine intérieure et une deuxième en terrasse à découvrir aux beaux jours.

Beauté paysagère
Charvin Paysagiste, situé à Saint-Jorioz, a aménagé les extérieurs de la propriété et parsemé le jardin d’essences d’arbres de sa pépinière.

Convivial
Dans le jardin d’hiver qui contourne tout l’espace de vie, une salle à manger permet de bénéficier du soleil couchant et levant.


Parti pris
Que ce soit dans le choix des matériaux, des couleurs, des luminaires ou de la vaisselle, le Japon est très présent au sein de la maison Gokan.

Dehors-dedans
Dans le salon de la véranda, les invités peuvent profiter de la vue sur les montagnes en toutes saisons.

Panorama
Ce coin terrasse déroule une magnifique perspective vers les massifs alpins bordant le lac d’Annecy.


Monolithe
Composée uniformément de béton recouvert de résine, la piscine intérieure arbore un aspect volontairement monolithique.

Parenthèse
Teintes sobres, éclairages discrets, poufs moelleux tissent un douillet cocon dans l’espace bien-être. Un endroit auréolé d’une atmosphère chaleureusement feutrée. Bols Lou Céramique.


Envoûtant
La chambre Feu et sa salle de bains revêtent un rouge très chaud à l’effet enveloppant. Le gris cendré rappelle la lave volcanique.

Création
La tête de lit ornée de filets d’or a été réalisée par la créatrice Julia Jarrot, virtuose de l’enduit décoratif.

Texte Nathalie Truche – Photos Maudit Salaud, Black&whiteisart