ARCHI / Visites privées /

Au Québec, extension par le haut


Le défi architectural consistait à ajouter un étage au look contemporain à un chalet au visage traditionnel. Comment créer un contraste dans la continuité ? Réponses. 

Cap vers Lanaudière, une région du Québec située le long du Saint-Laurent, à environ trente kilomètres au nord-est de Montréal. Propriété familiale depuis quarante ans, la maison bénéficie d’un emplacement à pâlir de jalousie : entourée d’eau sur trois côtés, elle s’avance sur une pointe rocheuse qui embrasse le lac. Pour l’architecte Paul Bernier, l’objectif visait à rénover entièrement l’habitation et à l’agrandir pour en faire un espace fluide, lumineux et ouvert sur le paysage alentour. La proximité de la rive ne proposait d’autre solution que d’étendre la surface principalement en hauteur. Pour le concepteur, une autre équation restait à résoudre : comment rehausser le petit chalet en rondins de bois sans en perdre l’âme ?

Un lieu, deux époques

Contraste et continuité ont servi de fil rouge au processus de rénovation. Car, pour Paul Bernier et ses clients, un critère supplémentaire ambitionnait de « ne pas faire semblant que cet ajout avait toujours été là. Nous voulions pouvoir lire les différentes époques d’intervention. » La bâtisse devait en effet provoquer la rencontre des deux âges : celui du chalet d’origine à l’aspect rustique, fait de pierre et de bois et celui de l’extension à l’allure plus contemporaine. Dans ce but, l’étage arbore un volume épuré et monolithique dont le choix du matériau (bois) et du ton (foncé) font écho à la construction originale. De même, la toiture parsemée de ruptures reprend le profil de la couverture en pente à larges débords de l’ancien chalet. Certains éléments, comme les fenêtres inclinées caractéristiques des années cinquante à soixante-dix, ont également été repris dans le nouveau projet.

Un étage promontoire

La cohabitation des styles et des époques anime aussi l’intérieur. Placée au coeur de la pièce à vivre, la belle cheminée d’antan en pierre massive a été restaurée et exhibe désormais toutes ses faces. Le chaleureux foyer partage la vedette avec le nouvel escalier, aux lignes aériennes et épurées. L’apport d’un étage ne devait pas priver l’habitation de son précédent plafond cathédrale. Pour préserver son cachet, il a été remplacé par une structure en sapin Douglas qui reprend l’inclinaison initiale. Aujourd’hui rehaussée, la bâtisse jouit d’un promontoire doté d’une vue exceptionnelle sur le lac et le ciel qui n’existait pas auparavant. Cerise sur le gâteau : la véranda – seule pièce ajoutée au niveau du sol – offre aux propriétaires un lieu inédit où profiter de l’extérieur dans un espace abrité. Son avancée sur le lac permet de voir la lumière naturelle et le scintillement des étoiles se refléter sur l’eau. L’enchantement, de jour comme de nuit.

www.paulbernier.com



Exception
Donnant sur le lac, la véranda est la seule pièce ayant permis une extension horizontale de la maison.

Pieds dans l’eau
Entourée du lac sur trois côtés, la maison jouit d’une implantation unique dans la région de Lanaudière au Québec.

Clarté
Aux côtés du bois et de la pierre, les surfaces revêtent un ton blanc ou clair qui optimise l’entrée de la lumière.

Passerelle
Au sol de l’étage, un parquet en verre fait office de passerelle et diffuse de la luminosité au rez-de-chaussée.


Inclinaison
Du pin Douglas a été choisi pour remplacer l’ancien plafond cathédrale vétuste en conservant son profil incliné.

Pièce maîtresse
La cheminée habillée de pierre sur quatre faces joue les premiers rôles dans l’espace de vie.

Authenticité
Le chalet d’origine repose sur une fondation en pierre qui se marie harmonieusement avec le bois massif.

Contraste
L’aspect contemporain du mobilier en métal présente un joli contraste avec l’aspect rustique et plus traditionnel du bois.

Double fonction
La création d’une grande fenêtre permet de profiter de la lumière et d’une vue splendide en montant les escaliers.


Perspective
De leur lit, les propriétaires bénéficient d’un panorama grandiose sur les pins, le lac et le ciel.

Transparence
La salle de bains intégrée à la suite parentale bénéfice aussi de vastes baies vitrées ouvrant sur un écrin de verdure.

Texte Nathalie Truche
Photos Raphaël Thibodeau