Design /

Artisanat et modernité : yes we Kann

C’est dans un village libanais que s’est ouvert le premier chapitre de l’éditeur et fabricant de meuble Kann Design. Récit d’une belle aventure familiale qui continue de s’écrire. 


L’histoire prend racine au sein de l’atelier créé en 1958 par Kanaan Kanaan, à Beit Chabab au Liban. En 2010, son fils Houssam fonde Kann Design aux côtés de la designer Meghedi Simonian et d’un ami d’enfance, le photographe Rudy Bou Chebel. L’ADN de la marque s’inscrit d’emblée autour d’un esprit graphique et intemporel, né de l’alliance entre style contemporain et tradition familiale. Quand Samer, le frère de Houssam, prend la direction de l’atelier, l’activité connaît un nouvel essor. La fratrie Kannan entend en effet relever le défi de la modernisation tout en conservant sa veine artisanale. Les idées naissent à Paris et se concrétisent au Proche-Orient. La collaboration avec des designers internationaux s’intensifie au point qu’aujourd’hui Kann Design déploie un catalogue d’une cinquantaine de créations. L’atelier produit près de quatre cents pièces par mois, ouvragées par ses vingt-cinq artisans et sept indépendants. La précieuse équipe maîtrise un inestimable savoir-faire dans les activités de l’ébénisterie, de la soudure, de la tapisserie, de la peinture ou du cannage et façonne des collections marquées par la forte présence du bois. Pour Houssam Kannan, « l’amélioration de nos meubles est due aux préconisations de nos artisans. Leur expertise est notre véritable force. »


1 Finesse. Porté par un piétement fin, le canapé Cut de Meghedi Simonian arbore un design aérien. Banc Travis imaginé par Jakob Hartel. 2 Au bistrot. Collection Galta de SCMP Design Office. La table affiche des lignes semblables à celles des chaises dont le dossier épouse la rondeur du plateau. 3 Mains expertes. L’atelier libanais emploie des ébénistes, soudeurs, métalliers, peintres et tapissiers. Les artisans indépendants sont les marbriers et les canneurs. 4 Horizon. Encadrée de bancs, la table rectangulaire Galta dessine une ligne de fuite dans l’espace. Allongée, elle se prête aux grandes réunions.

Nathalie Truche


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.