ARCHI / Architecture / Urbanisme / /

Valence : la Cartoucherie, de la filature à l’image


Lieu historique de l’agglomération de Valence (Drôme), La Cartoucherie est un bâtiment industriel réhabilité et aujourd’hui entièrement dédié à l’image animée.

L’année 1852 marque la naissance d’une usine textile destinée au traitement du coton et de la soie et qui va connaître de belles heures de gloire avant sa fermeture en 1874. L’État rachète alors les bâtiments pour y établir une cartoucherie nationale qui cesse son activité en 1964. Les vastes bâtiments du XIXe ont conservé leur allure et sont inscrits à l’inventaire supplémentaire des  Monuments historiques depuis 2003. Séduit par ce site industriel, le studio d’animation Folimage décide d’y installer ses nouveaux locaux. La Ville de Bourg-lès-Valence, propriétaire des bâtiments anciens depuis 1993, en confie la rénovation à l’agence Philippe Prost.

La Cartoucherie Valence : Rencontre du patrimoine et des technologies

En 2009, le site devient La Cour des Images et abrite notamment l’école de réalisateurs La Poudrière, Les Films du Nord, l’association de promotion et de diffusion l’Equipée, Fargo ou encore TeamTO, studio indépendant destiné à produire des séries TV et des films innovants. Ce nouveau pôle a su conserver l’esprit patrimonial et la magie architecturale des lieux (grandes hauteurs, charpente apparente, colonnes en fonte…) tout en offrant des volumes et espaces de travail adaptés aux différentes activités.

Désormais géré par Valence Romans Agglo, le site continue sa mue. Respectueuse du bâti, la restauration devrait se prolonger encore avec un vaste projet de réaménagement du parc de La Cartoucherie : un parc qui comprend des bâtiments inscrits aux Monuments historiques comme la gare, la poudrière, le canal de Flavie et son bassin. à suivre !


CHEMINÉE D’ANTAN
Derrière la partie centrale, long parallélépipède comportant deux pavillons surélevés à chaque extrémité, l’on peut apercevoir la cheminée de l’ancienne manufacture. D’agréables jardins ont été aménagés devant le bâtiment principal de la Cartoucherie, à l’emplacement de l’ancienne cour du haut.


Sophie Guivarc’h