ARCHI / Visites privées /

Charme parisien et notes chaud-froid


Place des Ternes, Paris. On démolit pour repartir de zéro dans cet appartement de 100m2 rénové par l’agence d’architecture d’intérieur Delaye & Desjeux. Explications avec Dorothée Delaye.

Quels gros oeuvres avez-vous entrepris ?

L’appartement se trouvait dans un très mauvais état. Il était cloisonné, extrêmement encombré, vieillot, presque lugubre. Les lieux avaient été habités pendant des décennies sans avoir bénéficié de rénovation. Nous l’avons complètement refait et avons ouvert tout ce qui pouvait l’être : l’entrée, l’ancienne et minuscule cuisine. Après ouverture du salon, nous avons placé une poutre IPN et créé un vaste espace de vie. Nous avons aussi abattu et déplacé des cloisons pour obtenir deux chambres et leurs salles de bains. Dans la chambre du fond, qui n’est pas immense, le dressing disparaît volontairement dans le décor en s’intégrant dans les moulures. Dans la salle de bains de la propriétaire, un bloc de béton a été façonné pour recevoir un maximum de rangement.

Dans quelle ambiance souhaitait vivre la cliente ?

La nouvelle acquéreure – une jeune femme travaillant dans le milieu du vin et qui voyage beaucoup – voulait un appartement assez parisien, avec tous les codes qu’englobe cette notion. Elle souhaitait également évoluer dans une atmosphère chaleureuse. Connaissant et appréciant le travail de notre agence, elle s’est montré intéressée par les jeux de matières, les motifs ethniques qui se reflètent par exemple sur les carreaux de ciment.

Elle était aussi ouverte aux pièces chinées – comme les tabourets de bar, la banquette du salon – mais aussi au mobilier design tel que la table à manger. La cliente désirait également placer des objets de famille comme le lustre majestueux suspendu dans l’espace repas. L’idée était de jongler avec un équilibre de formes très actuelles et des pièces plus anciennes pour apporter chaleur et intemporalité. Le résultat de ce mélange donne un décor à la fois hétéroclite et bien tenu.

Quels matériaux avez-vous utilisés ?

Nous essayons au maximum de garder les matériaux existants. Partout où cela a été possible, nous avons conservé le parquet après l’avoir poncé pour lui donner un aspect chêne brut. Parallèlement, nous avons posé des carreaux de ciment sur certains sols mais également sur le plan de travail de la cuisine et le bar : un projet qui, avec le recul, se  révélait plutôt ambitieux ! Utiliser les lignes des carreaux de ciment visait à obtenir un effet graphique. Pour le protéger, nous avons enduit le plan de travail d’un vernis résiné. Toujours dans la cuisine, nous avons conservé les vieilles tomettes au sol que nous avons recouvertes de peinture pour parking afin qu’elles se fondent dans un ton foncé, gris anthracite.

Quel choix a été fait en termes de tons et de matières ?

Nous aimons jouer avec le chaud et le froid. L’idée de mettre des lignes franches, noires et blanches, permet d’affirmer les grands axes d’un appartement et de donner du rythme. Nous le faisons moins aujourd’hui mais, pour ce projet, nous avons pris le parti de repeindre les cadrans des fenêtres en gris anthracite. Nous avons aussi peint en noir la grande porte à carreaux vitrés de l’entrée afin de moderniser les lieux qui arboraient un aspect classique. Pour les tons, la propriétaire désirait du bleu que nous avons sélectionné chez Little Greene. S’agissant des matières, les tabourets et fauteuils en cuir chinés s’équilibrent avec le canapé Sarah Lavoine en velours moutarde avec passepoil blanc. Courte pointe ethnique sur les lits, tapis boucharouite dans la chambre… L’objectif consistait à toujours mixer les styles et les époques pour éviter une apparence figée et froide.

www.desjeuxdelaye.com


Hétéroclite
Canapé Sarah Lavoine. Lampadaire années cinquante chiné aux puces. Bibliothèque en MDF noir et blanc conçu par Desjeux&Delaye.

Transparence
Tapis Beni Quarain, Fragments Paris. Tables basses en verre soufflé de Lucile Koldova et Dan Yeffet, Haymann Editions.

Mobilier chiné
Fauteuil cuir et lampadaire chinés. Tabouret effet miroir en verre soufflé de Dan Yeffet et Lucie Koldova, Haymann éditions.


Cantonnais
Mur bleu, teinte Canton chez Little Greene. Tableau peinture KO de Patrice Palacio. Table Gaudi en bois massif de Ferruccio Laviani pour MisuraEmme. Chaises vintage Roche Bobois.

Mousquetaire
Photo murale Kai Stuth galerie Sakura. Fauteuil Dartagnan de Toni Grilo chez Haymann Editions.

Restauration
Poncé, le parquet d’origine revêt un aspect chêne brut. Repeinte en noir, la porte à carreaux vitrés apporte une note de modernité.


Rétro
Lampe de chevet années cinquante chinée. Couverture de lit Caravane.

Ethnique
Tapis boucharouite Mustapha El Boussaidi. Suspension Vertigo, Constance Guisset chez Petite Friture. Couvre-lit Caravane.

Épuré
Carreaux de ciment Envelope Popham Design. Boîtes à chapeau Hermès. Miroir chiné. Applique Peter Bowles.


Texte Nathalie Truche
Photos Marie-Catherine Scoffoni