ARCHI / Visites privées /

Chalet Anna : une beauté sobre, reflet de la vie d’antan


À contre-courant des édifices contemporains, cette réalisation blottie dans une petite commune du Rhône s’est bâtie sur un jeu d’ombre et de lumière maîtrisée.

Dans les stations de ski du Dauphiné, l’histoire a forgé une architecture bien différente de celle de leurs voisines savoyardes. L’habitat traditionnel n’y expose pas de rutilantes façades en bois richement ciselé. Sur les montagnes de l’Oisans, les conditions de vie étaient modestes. Et si l’on roulait sur l’or blanc, il n’était pas dans les coutumes d’afficher son opulence. Le quotidien s’est longtemps nourri d’une simplicité, voire d’une austérité, qui a composé les villages avec les matériaux locaux.

Simple et compliqué à la fois…

Bien que neuf, ce chalet a puisé dans les racines du territoire pour s’édifier. Pas étonnant dès lors, qu’il se fonde complètement dans le paysage. Dénuée de poutres, sa toiture en ardoise semble flotter sur le bardage de pierre. Un toit qui nous replonge dans un passé où les larges débords permettaient de se protéger de la neige et d’utiliser l’espace autour de la maison pour stocker du bois ou du matériel.
Le franchissement du seuil laisse découvrir un confort indécelable de l’extérieur. Sur 300 m2, trois niveaux distribuent piscine, hammam, cuisine, salle à manger, salons, six chambres et leurs salles de bains. Une année et demie a été nécessaire pour finaliser la conception du projet, fruit d’une étroite collaboration entre l’architecte basé à Lyon, Philippe Magnin du Sauzey, et son client.

« Le chalet est composé d’une multitude de détails, souligne le propriétaire. Et tout ce qui paraît simple a été compliqué à réaliser. »

Les fenêtres plus larges que longues

Assurément contemporain, l’intérieur se pare d’un charme authentique imprégné de simplicité. Des tons sobres – gris et noir – sont à peine troublés par un plafond qui, ici ou là, revêt un vieux bois récupéré sur la charpente d’un chalet en Pologne. La vie d’autrefois se reflète jusqu’à l’articulation des pièces : la cuisine à l’est, les chambres au nord. Jadis, dans les régions montagnardes, les ouvertures réduites visaient à se protéger des rigueurs de l’hiver. Fidèles au passé, de larges fenêtres – de type meurtrières placées à l’horizontal – ont été préférées aux immenses baies vitrées qui caractérisent les nouvelles constructions.
Une autre singularité : pas de vastes ni de hautes pièces façon cathédrale. « Une aberration dans un chalet » souffle le propriétaire. Trop éloignés du quotidien d’antan, les matériaux fastueux sont bannis. Un béton ciré revêt les sols de la plupart des pièces du coin jour. Par endroits, de larges carreaux d’ardoise ont été choisis pour leur aspect brut tandis que les chambres jonglent entre parquet et moquette.
Un intérieur design, sans ostentation, qui jouit d’un confort haut de gamme sans l’exhiber. La minutieuse sélection des matériaux opérée par le cabinet d’architecture a sans conteste répondu au vœu du propriétaire :

« Faire disparaître le décor au profit des objets. »


NUANCES DE GRIS
Dans la salle à manger, des chaises signées Jean Prouvé entourent une table chinée au Maroc. Parquet en béton ciré. Dans l’entrée, le sol et l’escalier s’habillent d’ardoise. Touche de couleur avec la coiffe d’une femme issue d’une tribu de Thaïlande.


CONFORT
Dans le coin salon, un face-à-face se joue sur un tapis chiné entre un canapé Delcourt et un fauteuil Flexform.

SUR MESURE
La cheminée en pierre a été dessinée par Philippe Magnin du Sauzey, l’architecte du projet.


PLANTATION
Dans la cuisine (Varenna), trône un large bac en pierre irrigué pour planter des herbes aromatiques. Luminaires Tom Dixon.


TECHNICITÉ
La piscine s’entoure d’une margelle en ardoise. Le papier mural Wall & Déco est conçu pour résister à l’humidité.


ASTUCIEUX
Dans cette petite chambre, pour éviter l’effet « mastoc » du couchage, un lit flottant Lago a été choisi.

FLEUR
Cette vasque en porcelaine au motif délicatement fleuri a été chinée en Thaïlande. Meuble en ardoise fabriqué sur mesure.


Nathalie Truche