DECO / TRAITS POUR TRAITS /

Portrait archi déco d’Ophélie et Edouard, Space Factory

Leur vision globale de l’espace, leur sensibilité, leur créativité à tout-va… Rencontre aujourd’hui avec les co-créateurs de Space Factory, éditeur d’espaces sensibles. Adieu les notions métriques d’espaces, Ophélie et Edouard  font la part-belle au « mètre carré ressenti » ! De quoi accroître le potentiel d’un lieu en le maximisant selon nos réels besoins. Explications et conseils avertis pour Traits D’co. 

Crédits photo : Yann Deret

Ophélie, Edouard, racontez-nous brièvement votre parcours ? La déco a t-elle toujours été présente dans votre vie ? 

Pas vraiment !:) Nous ne venons ni de la décoration, ni de l’architecture d’intérieur. En fait nous sommes issus du monde de la publicité. Edouard était concepteur rédacteur, et moi j’étais planneur stratégique et avais pour mission d’analyser la façon de vivre des gens et d’imaginer des concepts en fonction. 

Quand nous avons fait notre premier projet, qui était en réalité notre propre appartement, nous nous sommes rendus compte qu’en ayant une vision créative dès le départ, tout devenait plus intéressant ! Nous avons imaginé un concept commençant dès la recherche d’appartement ou de maison ! Nous avons donc appliqué au monde de l’architecture d’intérieur, cette gymnastique créative que nous avions dans la publicité. 

On s’est également rendu compte qu’il était intéressant de ne pas penser l’espace en m2 comme le marché de l’immobilier nous le présente, mais plutôt en « mètre carré ressenti », car chaque m2 est différent !  En pensant un espace de manière sensible, on peut ainsi le voir autrement. Et 1m2 peut parfois se maximiser beaucoup plus que ce que l’on peut croire ! 

Projet «  La petite maison d’hôtes » – Crédit Photo Hervé Goluza 

Pourquoi en être arrivés à la création de Space Factory ? 

C’est la création en général, nos projets personnels et la sensibilité aux choses qui nous entourent, aux matières, etc. qui nous ont finalement amenés à Space Factory. Comme dit, nous avons déjà entrepris notre appartement avec pour concept : le petit loft comme un bateau !  Nos proches / amis ont apprécié et nous ont demandé si nous accepterions de prendre part à leurs projets également. Et puis de fil en aiguilles… 

Vous êtes designer d’espaces. Pouvez-nous nous en dire plus sur votre périmètre d’intervention ? 

Nous pouvons accompagner nos clients dès la recherche du lieu à aménager. Nous rencontrons les gens au démarrage du projet, cela nous permet des les aider à déterminer ce qu’ils recherchent vraiment. 

Ensemble, nous arrivons à lever certains fantasmes sur ce qu’ils peuvent avoir ou pas. C’est à ce moment qu’on détermine aussi le concept. C’est à dire qu’en plus de lister un grand nombre de fonctions, on cherche une idée : un nid sous les toits, un havre de paix… Nous mettons une image sur la recherche ; cela nous permet de voir si les personnes sont dans la même optique pour leur projet. 

Nous les accompagnons également sur leur budget, car beaucoup de personnes arrivent déjà au bout de leur enveloppe avec l’acquisition et n’ont plus rien pour réaliser des travaux de qualité. Parfois, il est préférable de faire une croix sur quelques m2 pour être dans un logement parfaitement optimisé par rapport à un mode de vie.
Nous concevons ensuite le projet entre le compromis et la vente et pendant toute la conception. Là nous avons une démarche d’architectes d’intérieur plus classique avec des plans d’aménagement, des plans 3D, etc. Et ensuite on les accompagne avec un maître d’oeuvre pendant les travaux. 

Projet « Le Palais caché » – Crédits photo : Hervé Goluza

Où trouvez-vous l’inspiration ? 

Nous écoutons beaucoup les gens et ça c’est déjà très inspirant ! 

Egalement nous délocalisons nos bureaux à l’étranger dès que cela est possible ! Cela nous donne beaucoup d’autres idées, parfois très concrètes.  Nous sommes par exemple partis au Japon est sommes rentrés avec des envies de bois brûlé !!! 

Vous parlez souvent de « mètre carré ressenti », pouvez-vous nous en dire davantage ? 

En effet, tous les m2 ne se valent pas, comme dit précédemment. L’idée est d’aller au-delà de l’espace au sol, car le plus important est finalement ce que l’on fait de l’espace. On peut se sentir mieux dans un espace plus petit s’il est pensé correctement, pensé pour la personne qui y vit. Nous avons des clients qui font presque 2 mètres, et pour eux par exemple, l’essentiel est plutôt d’avoir des passages où ils n’ont pas besoin de baisser la tête, d’avoir des plans de travail adaptés, etc. 

Le plus important est ce que l’on fait de l’espace selon ce qu’il est. De manière concrète, par exemple, si nous avons un espace qui donne sur rue, nous allons essayer…


Pour lire la suite de l’article…

https://www.spacefactory.fr/


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.