INSPIRATION / Art & Design / /

Sculpture : Pierre Coïa, en toutes transparences

Pierre-COIA


Sur les bords du lac d’Annecy se dresse la maison de l’artiste Pierre Coïa. A Veyrier-du-Lac, comme un signe, pour ce sculpteur fasciné par la fusion du verre, au point de mettre en scène cette matière dans des œuvres toujours plus audacieuses, où la transparence a toute sa place…

« Dans l’art, tout n’est qu’un passage au service des créations futures… » Pierre Coïa, artiste sculpteur fusion verre, sait combien les techniques de son art peuvent évoluer, au gré du temps. S’il ne laisse rien au hasard, si sa technique est toujours plus affinée, si le savoir sur un tel matériau comme le verre est une perpétuelle recherche et une constante découverte, sans cesse, l’artiste tend vers sa liberté de création. Chaque jour, son expérience grandit. Chaque jour, l’artiste ose un peu plus.

« Ma tête travaille, mes mains suivent ; c’est un binôme »

Deux à cinq heures par jour, Pierre Coïa est dans son atelier. Si le verre est une matière magnifique qui joue avec la transparence, elle est aussi très exigeante. L’expérience aide. Depuis quinze ans et sa rencontre avec la terre qui lui offrira ses premières créations, il n’a cessé de créer. Cette terre malléable, mais surtout si « magique et sensuelle », qui lui permet de matérialiser tout ce que son imagination lui autorise. Enfin presque tout. Le désir de découvrir la transparence, le désir de jouer avec les transparences… Ainsi, après l’âge de la terre, Pierre découvre l’âge du verre…

La liberté de créer

Comme il se plait à le dire, « pour sculpter, il faut du temps et la tête libre ». Ah la liberté. La liberté de composer avec cette matière. La liberté de s’autoriser toutes les formes de son choix. La liberté de jouer avec une palette infinie de couleurs. La liberté de créer, tout simplement. « Il faut toujours que je crée quelque chose. J’ai besoin que ma tête travaille et que mes mains suivent. Pour moi, c’est un binôme obligatoire », confie-t-il.

Il n’y a jamais deux transparences identiques. Et c’est bien cela qui fait la singularité des œuvres de Pierre Coïa. Des œuvres uniques, qui ne laissent jamais indifférent. « On aime ou on n’aime pas, mais on ne passe pas sans la voir. » Malgré la minéralité de la matière première utilisée, jamais une de ses sculptures ne doit être inerte. « Il doit exister une vibration. »  ?

Vincent Louvigne

Plus d’infos : pierre-coia-sculpteur-fusion-verre.com