INSPIRATION / Art & Design / /

Objets déco : Dieu créa la femme, et la femme créa…

Perreard-2


Des objets déco uniques et insolites

Jeunes. Belles. Une vie de famille. Un travail. Pourtant, un jour, elles ont franchi le pas. Nadège Petit et Séverine Perréard ont longtemps porté en elle ce désir de créer, cette envie de s’exprimer au travers de leurs créations uniques. Rencontre avec ces deux artistes enfin accomplies.

Ci-dessus : Séverine Perréard (à gauche) et Nadège Petit : ces deux artistes haut-savoyardes aux parcours croisés partagent un même goût pour la création et le travail de la matière.

Traits D’co : Quand avez-vous décidé de faire de votre passion votre métier ?
Nadège Petit : J’étais responsable commerciale en Suisse. Malgré un bon métier, un bon salaire, je ne m’épanouissais pas. Il fallait que je me réalise. Alors j’ai tout lâché ! J’ai su m’affranchir pour être enfin libre de créer.

Séverine Perréard : J’ai toujours eu en moi cette envie. Il ne me manquait que le petit déclic pour me dire « Lance-toi ».
Et cette goutte d’eau, c’est Nadège qui l’a versée. J’ai lu une interview d’elle, où elle racontait qu’elle avait tout quitté pour se lancer dans cette aventure. Je l’ai appelée, elle m’a parlé ouvertement et m’a donné quelques clés.

Vous êtes donc des artistes solidaires, mais avec toujours ce côté artiste solitaire…

SP : Oui, pour créer, j’ai besoin de me trouver moi-même. J’aime me retrouver dans une ambiance d’apaisement dans mon atelier, être seule pour développer une œuvre. Je peux travailler en musique, en écoutant Pink Floyd ou même Jamiroquai !

NP : Je puise mon énergie et je développe mes idées à tout instant, que ce soit en voiture, devant la télé ou dans mon atelier. Que je sois seule ou non dans mon atelier, je ne me sens pas freinée dans mes créations.

Quels sont vos rapports avec les matières que vous travaillez ?

SP : Je suis autodidacte, je découvre sans cesse. J’aime travailler le bois, pour son côté noble, son toucher, mais aussi parce que chaque morceau de bois est unique, par sa forme, ses petites aspérités, sa couleur. J’aime adoucir cette matière naturelle avec des plumes, de la fourrure. Transformer ce cadeau de la nature pour le sublimer, en lui apportant des petites touches personnelles, oui, ça me plaît !

NP : J’avais commencé par des créations en bois flotté, avant de me lancer dans des créations avec des matériaux plus techniques, d’une grande exigence tels que l’acier ou le plexiglas. J’admire le travail des soudeurs, ce sera d’ailleurs ma prochaine étape dans ma découverte de nouvelles adaptations.

Finalement, vous avez fait de votre vie l’adaptation de la phrase d’Oscar Wilde « Il vaut mieux avoir des remords que des regrets » ?

NP : Bien sûr tout n’est pas rose quand on est artiste. Il faut non seulement concevoir, réaliser, mais aussi se vendre. Et même si quelquefois c’est difficile, j’aime vraiment pouvoir m’exprimer au travers de mon art !

SP : J’ai trois lampes qui ont été achetées et exposées dans un chalet de prestige à Megève. C’est une grande fierté, et je ne compte pas m’arrêter là. Alors pour l’instant, c’est sûr, aucun regret !

Plus d’infos :
nadegepetit.com
ozcreation.net

Propos recueillis par Vincent Louvigne