ARCHI / Visites privées / /

Un Paris généreux, fluide et clair

appartement-de-designer-Marie-Christine-Dorner


La designer Marie Christine Dorner décrit la naissance de son appartement de 111 m2 situé dans le 10e arrondissement de Paris. Un univers peuplé de ses réalisations.

Traits D’co : Quels grands travaux avez-vous réalisés ?
Marie Christine Dorner : À l’origine, les espaces étaient très morcelés et l’entrée compliquée, peu fonctionnelle. Nous avons tout désossé. J’ai abattu des cloisons et conservé le mur porteur médian qui sépare la longue pièce de 40 m2 des trois autres pièces. Ce premier grand espace de vie et de réception comprend l’entrée, la salle à manger et la cuisine. Un principe phare de ce vaste espace consistait à placer tous les rangements du côté droit, sur toute la hauteur et la longueur. L’ensemble abrite un vestiaire, une bibliothèque, une partie pour la vaisselle, la buanderie, le frigo, les fours, la machine à café… En résumé, tout le déroulement de la journée et de la vie se trouve sur cette paroi.

Quelle ambiance souhaitiez-vous créer ?
Je voulais que l’immeuble ancien se ressente. J’ai par exemple conservé les éléments d’origine de l’appartement comme une petite corniche à fleurs, ainsi que les grandes portes desservant les différentes pièces et qui forment une sorte de suite, de motifs à répétition. J’ai complètement recréé le sol en chêne massif en gardant l’idée du parquet d’autrefois. J’ai voulu tisser une atmosphère contemporaine, lui conférer un aspect contextuel qui permette de savoir où l’on se trouve. Parallèlement, je désirais une grande fluidité dans les pièces et une grande clarté.

Vous avez beaucoup travaillé sur les tons…
La place du blanc est dominante : sur les murs, plafonds, la table de la salle à manger ou sur l’imposant îlot de cuisine laqué. Des fenêtres arborent des rideaux en lin blanc pour apporter de la translucidité et faire entrer la lumière. Parallèlement, j’ai utilisé deux couleurs : un bleu pétrole que l’on retrouve sur le mur de gauche en entrant et sur la dernière paroi de l’appartement, dans la chambre principale. Un camaïeu de rose vient aussi égayer les lieux par touches légères sur des façades de placard, des tiroirs, un meuble de salle de bains… J’ai aussi entièrement repeint les quatre portes en mahogany, un acajou très subtil qui va du marron foncé à aubergine, en fonction de la lumière.

Quels mobilier et objets avez-vous sélectionnés ?
Je vis beaucoup avec mes prototypes, mes créations : le canapé du salon réalisé pour Cinna, le bureau Koya pour Ligne Roset que j’ai imaginé comme une petite cabane, les chaises Ivy en cuir pour Montis, le paravent bibliothèque que j’ai dessiné au Japon pour Idée. Mes formes One Shape, les poufs en cuir safran conçus pour l’hôtel La Villa à Saint-Germain-des -Prés. Mais j’habille aussi mon univers avec des réalisations que j’aime comme celles de Gio Ponti ou Marc Newson ainsi que des photographies contemporaines.


ROSE POUDRÉ
Créations signées Marie Christine Dorner : canapé MCD (Cinna). Centrale, le paravent bibliothèque (Idée). Vases en cristal (Saint-Louis). Plateaux à fruits en bambou (collection One Shape).

CABANE
La designer a utilisé le frêne pour créer le bureau Koya muni d’écrans flexibles et le fauteuil Iso (Ligne Roset).

CRÉATIVITÉ
L’un des carnets de croquis de Marie Christine Dorner, là où son inspiration prend forme.


RAFFINEMENT
Sur le set de table laqué rouge, une assiette de Laurence Audibert.

ARLEQUIN
Prototype de table en carreaux de cuivre émaillés à Limoges, dessinée par Marie Christine Dorner.

JAPON
Formes One Shape en céramique céladon dessinées par Marie Christine Dorner, réalisées par Armelle Benoit. Dessus, un précieux service à pique-nique japonais.


CONVIVIALITÉ
Au fond, la partie cuisine Varenna de Poliform. Photo Jean-Baptiste Dorner (série Prélèvement d’ombres). Chaises en cuir Ivy (Montis) de Marie Christine Dorner.

HARMONIE
Panneaux coulissants en tissu Steelcut de Kvadrat. Méridienne Torso de Paolo Deganello. Suspensions Allegro (Foscarini). Coloris mur Blue Hague, Farrow & Ball.


SAFRAN
Bibliothèque rouge en bois laqué Poliform. Kilim marocain. Poufs en cuir safran dessinés en 1988 par Marie Christine Dorner pour l’hôtel La Villa.

ACAJOU
Les portes d’origine ont été peintes en mahogany (Farrow & Ball). Fauteuils Orgone et lampadaire Super Guppy de Marc Newson.


DOUCEUR
Le ton bleu pétrole s’invite dans la chambre principale. Pouf en inox et cuir de Marie Christine Dorner.

SIXTIES
Coiffeuse originale créée par Gio Ponti en 1960 pour l’hôtel Royal de Naples.


CLARTÉ
Applique en céramique émaillée platine, Armelle Benoit. Vasque Scarabeo.

VADROUILLE
Souvenirs de voyage dans la petite pièce d’eau. Serviettes Kenzo.


Texte Nathalie Truche – Photos B. Touillon, Reportage A. de Dives