INSPIRATION /

Acteur de la vie locale

André Dussolier


Les montagnes, le lac d’Annecy, les arbres…

La nature du bassin annécien impose son décor majestueux. Avec plus d’une centaine de films à son actif, André Dussollier en a vu, des décors. Et pourtant, celui vers lequel il revient toujours est ici. S’asseoir sur un banc et contempler. Chaque année, l’acteur aux trois César aime à venir se ressourcer, respirer l’air de son enfance. Fidèle à ses racines, fidèle à ces terres qui l’ont vu naître, grandir, s’épanouir. Fidèle à ses amis, rencontrés sur les bancs de l’école de Cruseilles ou sur les terrains de football. Le football, une passion pour l’acteur qui apparaît de temps en temps en tribune pour supporter notre club local Evian-Thonon-Gaillard.

L’humilité dans la popularité

Fils du percepteur, il en développe sans doute une aversion pour les chiffres et se tourne vers les lettres. Poil de carotte sera sa révélation. Une pièce découverte avec sa classe à l’initiative de son professeur de français au collège. Une fascination pour le théâtre qui ne le quittera plus. Pour son premier grand rôle, sur une vraie scène, il faudra attendre ses 19 ans. Nous sommes en 1965, et c’est à Thonon-les-Bains que le jeune André, alors élève au lycée Jean-Jacques-Rousseau, joue dans la pièce Mort sans sépulture, de Jean-Paul Sartre. Une interprétation dans une pièce humblement montée par des lycéens. Mais le début d’une riche carrière.

Aussi connu pour ses qualités d’acteur que de narrateur, les talents d’André Dussollier sont salués à la fois – et c’est assez rare dans le milieu pour le souligner – par le public, ses pairs et les critiques. Son attachement à ses racines et à la lecture lui ont livré une belle surprise : une bibliothèque à son nom, inaugurée le 25 septembre 2010 à Cruseilles.

Rendez-vous avec André Dussollier

André Dussollier se livre à vous à Annecy au théâtre des Haras les 20 et 21 décembre prochains pour une lecture de quelques uns des meilleurs volumes de sa bibliothèque. Comme une invitation au voyage, où l’on goûterait tous les fruits aux saveurs différentes : douceur de Musset, acidité de Jarry, simplicité d’Henri Michaux, éclats de Ribes… Trésors éclectiques d’un amoureux des textes, une jubilation à partager sans modération avec un artiste de chez nous. 

Vincent Louvigne