Intérieur /

Duvivier Canapés ou l’art de rebondir

Née au milieu du XIXe siècle, la maison Duvivier a récemment déployé une stratégie de développement qui s’est traduite par des collaborations inédites et l’ancrage de son assise à l’international.

Élévation. Signé Charlotte Juillard, le canapé Jules affiche une ligne très aérienne avec sa structure en bois massif apparente et surélevée.

Établie en 1840, l’entreprise exerce un savoir-faire séculaire sur des matières d’exception au sein de ses deux ateliers de la Vienne. Au sud de Poitiers, le premier atelier travaille le cuir, les tissus, la tapisserie et l’assemblage quand le second réalise les ouvrages de menuiserie et d’ébénisterie. En 2016, l’entrepreneur Aymeric Duthoit a racheté Duvivier Canapés avec l’ambition de réveiller « la belle endormie ». Aujourd’hui, l’enseigne propose une ligne revisitée par la nouvelle vague de designers et d’architectes d’intérieur. Sous la direction artistique de Guillaume Hinfray, l’esprit Duvivier affirme son style « chic décontracté si français » qui se reflète par exemple sur la collection Serge. Baptisée en hommage à Serge Gainsbourg, cette réinterprétation contemporaine d’un grand classique – le Chesterfield – est signée Pierre Gonalons. Parallèlement, la marque a multiplié sa participation à de prestigieux événements mondiaux : Milan, Pékin, Moscou et plus récemment Dubaï. Partenaire associé du Pavillon France à l’Exposition universelle, Duvivier a en effet habillé de ses créations un salon VIP de la délégation tricolore. Une formidable opportunité, selon Aymeric Duthoit, « de faire rayonner à l’international l’excellence de l’artisanat français ». 

Nouveau souffle. Aymeric Duthoit (à gauche), président de Duvivier Canapés, et Pierre Gonalons, designer de la collection Serge. Vitrine. La collection Elsa de Guillaume Hinfray s’est invitée dans le pavillon France lors de l’Exposition universelle de Dubaï. 

duviviercanapes.com

Nathalie Truche


Les commentaires sont fermés.