Incognito /

Maison atypique à Lyon, véritable havre confidentiel

Lyon-1-Thierry-Rousseau


Maison atypique et insolite à Lyon

Nous nous trouvons à Lyon. À quelques mètres de la Grande rue de la Croix Rousse, avec ses commerces, et son animation. Une ruelle nous mène vers l’improbable…

Poussée la lourde porte d’entrée, la surprise est de taille et le charme opère dès le premier regard. Nichée en plein centre-ville, une maison datant de 1842 se prolonge par un jardin clos de murs de 300?m2. Ancienne maison de canuts, elle a conservé le caractère d’époque, notamment une belle hauteur sous plafond de près de 4,80 mètres (qui permettait d’installer les métiers à tisser), ses plafonds à la française et son escalier historique.

Un lieu aussi original qu’intimiste

Lorsqu’ils décident de quitter Saint-Étienne pour s’installer à Lyon, suite à un drame familial, les propriétaires, Isabelle et Olivier n’ont pas la moindre idée du bien qu’ils recherchent. « Nous avions besoin d’un nid, d’un cocon pour nous reconstruire. Et je suis tout de suite tombée sous le charme de ce lieu intimiste, authentique, qui avait une histoire et une âme », confie Isabelle. « La maison était alors en piteux état, mais je l’ai tout de suite imaginée telle qu’elle est aujourd’hui. » Décoratrice d’intérieur et artiste, elle donne un nouveau visage à la demeure, symbole d’une résilience personnelle. C’est à Lyon qu’elle découvrira ainsi la sculpture, la technique du moule et du bronze et la verrière située au fond du jardin devient son antre, son atelier. Une nouvelle vie, un nouvel art…


Un déco à l’image des racines familiales

Après un an de travaux, la famille investit un lieu à son image, convivial, chaleureux, dans lequel on retrouve tous les univers qu’elle affectionne?: la littérature, la cuisine, l’art… «?J’ai voulu recréer un esprit atelier pour rappeler les origines de la maison ainsi que celles de ma belle-famille, des industriels dans le textile stéphanois, faire également un clin d’œil aux bouchons lyonnais, sans oublier d’ajouter à la décoration une touche d’influence belge et irlandaise qui évoque nos racines familiales. » C’est ainsi que naît l’idée d’une verrière en bois, séparant la cuisine du salon et d’une majestueuse et imposante bibliothèque faite sur mesure.


Décor bucolique

On accède à l’étage par l’escalier d’origine. Le palier prend des airs de cabinet de curiosité, les murs investis de multiples cadres, photos, lithographies, dessins, sanguines et aquarelles, tous chargés d’une histoire, moments d’une vie qui s’exposent pour ne pas être oubliés. Le couloir sobre et épuré est mis en valeur par l’alignement de suspensions en céramique qui donne la direction à suivre. Les chambres donnant sur le jardin adoptent des teintes douces réchauffées par le bois. La vue sur la glycine de la tonnelle nous invite à sortir. Rendez-vous près de l’atelier pour profiter des derniers rayons du soleil dans un décor bucolique de vert et de blanc. Parti pris chromatique, en harmonie avec l’esprit du lieu. Difficile d’imaginer alors être au cœur de ville. Il est temps de quitter ce havre inspiré et confidentiel. Comme une parenthèse qui se referme…


Sophie Guivarch


Les commentaires sont fermés.