DECO / Intérieur /

Consommation énergétique : on optimise

Fotolia-U-Bakunovich


RT2020 , économie d’énergie

Depuis?la tenue?du Grenelle de l’environnement, une vague verte déferle sur la construction neuve.

La mise en place d’une réglementation thermique en 1974 a divisé par deux la consommation énergétique des constructions neuves. Le Grenelle Environnement prévoit de la diviser à nouveau par trois grâce à la réglementation thermique, dite RT 2012 (voir encadré).
Plusieurs paramètres sont à prendre en compte pour obtenir une optimisation énergétique : la compacité maximale du bâtiment, l’exposition de la maison (les pièces de vie sont préférablement orientées au sud), l’isolation thermique intérieure ou extérieure, la ventilation (VMC) ainsi que l’orientation et le choix des fenêtres. Aux systèmes de chauffage est attribué un coefficient qui rentre dans le calcul de la performance énergétique du bâtiment. À noter que le recours à l’électricité est pénalisé par la RT 2012, par rapport à d’autres énergies comme le gaz ou le bois.

Parole d’expert sur… le verre
Fabien Rambaux, gérant du bureau d’études thermiques Ecome Energie, à Seynod :

« La ?maison magazine? est hyper vitrée avec une vue imprenable sur le lac. Les gens veulent vivre dehors : je suis le premier à adhérer mais la réalité est beaucoup plus compliquée, et la Réglementation Thermique 2012 ramène vite les choses à leur place. Même le triple vitrage le plus performant n’isolera jamais autant qu’un mur. Si des progrès sont observés, les grandes baies vitrées posent des problèmes de confort en matière de chauffage et de climatisation. Mais on peut trouver des solutions esthétiques en alternant une belle surface vitrée et du mur. »

RT 2012 : deux échéances clés

La mise en place de la Réglementation Thermique  2012 s’appuie sur deux objectifs phares :

En 2012 : toutes les constructions neuves doivent répondre au label « bâtiment basse consommation » (BBC) soit une consommation en énergie primaire fixée à 50 kWh/m² par an en moyenne. Ce seuil est modulé en fonction de la localisation, des caractéristiques, de l’usage et des émissions de gaz à effet de serre des bâtiments.

En 2020 : toutes les constructions neuves devront répondre au label « bâtiment à énergie positive » (BEPOS) qui correspond à une consommation d’énergie des bâtiments inférieure à la quantité d’énergie qu’ils produisent à partir de sources renouvelables.

Pour les bâtiments existants, l’objectif est de réduire la consommation moyenne du parc de 38 % d’ici à 2020.

Dossier coordonné par Louise Raffin-Luxembourg


Les commentaires sont fermés.