DECO / Intérieur / / / /

Construction : les professionnels plantent le décor

Fotolia-U-Bakunovich


Tendance et chiffres du bâtiment en Haute-Savoie et Rhône-Alpes

Évolution des règles d’urbanisme, style architectural, matériaux tendance, conjoncture… Traits D’co prend la température en Haute-Savoie et en Rhône-Alpes. 

Commençons par une bonne nouvelle avec la suppression du Coefficient d’occupation des sols (COS) qui donnait la possibilité de fixer une superficie minimale des terrains constructibles. Le but ? Favoriser une plus grande constructibilité sur les surfaces. Le bémol ? La disposition reste soumise à la volonté des municipalités qui, dans leur Plan local d’urbanisme (PLU), peuvent réserver des espaces verts aux alentours : « Cette parade permet aux élus de limiter l’urbanisation dans leur commune », note un constructeur du bassin annécien.

Toit : le calme plat

Concernant les fameuses maisons à toiture plate, dont les lignes contemporaines et épurées sont aujourd’hui plébiscitées par la clientèle, bien qu’autorisées par la législation, elles n’ont pas complètement conquis le cœur des élus. À moins qu’il ne s’agisse d’un bâtiment à usage communal (médiathèque, école, salle des fêtes…). Décoiffés par un vent de modernité, ces édifices reçoivent en effet un accueil bien plus favorable de la part des maires de nos villes et villages. Deux toits, deux mesures…

Une facture dans les règles

Pour les professionnels du bâtiment, la multiplication des normes, telle que la récente réglementation Thermique 2012 (RT 2012), a fini par peser lourd sur la facture : le coût de la construction aurait en effet augmenté de 50 % en 10 ans. Ajoutez à cela une baisse du pouvoir d’achat et vous obtenez un net recul de la construction de logements neufs. En France, les mises en chantier ont chuté de 10,3 % en 2014 (297 532 logements neufs), soit leur plus bas niveau depuis 1997.

Avis d’expert… Frank Brière, cofondateur de Brière Architectes à Annecy-le-Vieux :

« Pour nous, l’écriture contemporaine passe par la simplicité des formes. Une architecture doit aussi être en rapport avec son contexte : nature, milieu urbain, histoire… Ce doit être un projet pour un lieu. L’aspect fonctionnel est également fondamental car l’architecture doit servir la personne qui y vit. Nous savons nous interdire de travailler dans un cadre où nous serions contraints – par la commune, un PLU, un règlement… – à concevoir des architectures régionalistes qui ne nous correspondent pas. Les élus sont la clientèle incontournable à laquelle nous avons affaire puisqu’ils délivrent les permis. Mais nous constatons qu’ils sont de plus en plus ouverts à des architectures contemporaines, plus réceptifs en termes d’esthétique et de modes de vie. Il y a une véritable évolution. » 


Question à… Michel Nicoletti, architecte à Annecy

Sur quoi portent les innovations dans le domaine des matériaux ?

« Il y a trois ans, nous avons utilisé du béton de chanvre industriel qui venait d’être breveté. Coulés et séchés en atelier, ces panneaux ne nécessitent plus qu’un montage sur site. Sur un projet en cours, nous utilisons d’épais panneaux en bois massif de type KLH. La logique du moment consiste à diminuer l’intervention sur le chantier, car c’est précisément là que les problèmes surgissent pour des questions d’intempéries ou autres aléas. De plus en plus, les fabricants, fournisseurs ou industriels cherchent des solutions permettant de préparer
un maximum d’opérations en atelier afin qu’il n’y ait plus que de l’assemblage à accomplir sur site. Ces techniques génèrent un gain de temps, d’énergie et de manutention tout en garantissant un travail plus propre. »


 

La construction en chiffres

En Haute-Savoie, 5 618 logements neufs ont été mis en chantier en 2014. Cette baisse de 12,5 % touche davantage les logements individuels (- 20,6 %) que le collectif (- 6,9 %). La même tendance est constatée en Rhône-Alpes (- 14,6 %).
Hors logements : plus de 263 000 m² de surface de plancher de locaux ont été commencés en Haute-Savoie en 2014 (progression de 7,7 %). Depuis un an, les bureaux connaissent la plus forte augmentation : +68 %. Sur la même période, le Rhône-Alpes et la France accusent une baisse de 12,2 % et 8,8 %.

Dossier coordonné par Louise Raffin-Luxembourg