ARCHI / Visites privées / / / /

Architecture Annecy : Les Loges, 5 étoiles ou tel le phénix qui renaît de ses cendres

architecture-local-annecy-Les-loges-Studio-Bergoend


Il était une fois, une bâtisse médiévale juchée en plein cœur de la vieille ville, à Annecy. Une bâtisse meurtrie par un incendie et à qui il s’agissait de rendre son âme…

D’entrée, il fallait se montrer à la hauteur de l’histoire qui étreint les lieux. Les premiers sceaux remontent au XIVe siècle, en témoignent le tendre nœud d’amour et l’énigmatique blason gravés sur la façade.

Le coup de baguette magique aura duré deux ans. Deux années de travaux pour métamorphoser l’édifice d’origine en appart-hôtel 5 étoiles. Les raisons sont multiples. Jadis, l’immeuble composé d’appartements se perchait sur un restaurant. À la suite d’un incendie, l’endroit exige une refonte intégrale de son intérieur. Il ne reste que quatre murs et un toit. Pour l’épauler dans cet ouvrage d’ampleur, Marc Dekoninck, le nouveau propriétaire, sollicite Jacques Losserand, architecte-designer reconnu, « un artiste » dit-il.


Un espace optimisé au centimètre près

De longs et constructifs échanges jalonnent le chantier car les difficultés ne manquent pas. À commencer par la configuration du bâtiment, tout en hauteur. 360 m2 au total, sur quatre niveaux. L’heure est à l’optimisation des volumes pour réaliser cinq espaces de vie distribués en un triplex, deux duplex et deux studios avec alcôve. Les paliers sont reconstruits, les combles aménagés, le sous-sol creusé pour la partie technique de l’ascenseur. Le moindre centimètre est exploité.

Architecture : un penchant pour les murs

Pas vraiment droits, les murs transpirent l’ancienneté des lieux. Ils snobent les règles, niveaux et autres équerres. Une effronterie qui n’est pas pour déplaire à Jacques Losserand : « J’ai suivi la structure d’origine, respecté la forme des murs initiaux. Tant pis s’ils penchent. Plutôt que de trahir les lieux, j’ai voulu jouer avec eux, aider cette maison séculaire à se faire légère. »


8 plans de réflexion

À l’origine, le projet vise l’excellence. Puis il mûrit. Au fil des réflexions, Marc Dekoninck affine son objectif. Désormais, il veut faire des Loges une maison d’exception, un écrin niché dans un périmètre historique. Résultat : les réunions s’appuient désormais sur un cahier des charges 5 étoiles, plus exigeant, qui demande un réajustement dans tout : le confort, le service, les conditions d’accueil… Au final, les plans ont été repris huit fois.

Welcome home

Début 2015. La clientèle rentre aux Loges comme à la maison. Elle y trouve une sérénité dans les teintes chaudes, les matériaux nobles et le mobilier sobre. Les bois règnent en maître : du chêne, du noyer, des poutres massives. Le cuir et le velours caressent les salons. Les blancs, anthracites, chocolats et verts doux habillent les pièces et les meubles. Le mélange avec le métal, voulu par le designer, « équilibre et structure », forge le caractère insoumis du site. Aujourd’hui, dans la discrétion et l’élégance qui les caractérisent, Les Loges ont su rendre hommage à l’histoire qui s’est jouée entre ses murs.


Louise Raffin-Luxembourg