IN SITU / Architecture / /

L’Arbre Blanc à Montpellier : folie architecturale

arbre-blanc-montpellier


Le mont Fuji à l’heure du Midi : Folie architecturale, l’Arbre Blanc à Montpellier marie la blancheur éclatante des pierres du sud au raffinement de la culture japonaise.

Cet incroyable projet est avant tout le fruit d’une rencontre entre deux générations d’architectes : le Japonais Sou Fujimoto, au sommet de son art et la nouvelle garde de l’architecture française, Nicolas Laisné et Manal Rachdi.
Avec 17 étages érigés sur 56 mètres de haut, la tour culmine dans la ville « tel l’immémorial mont Fuji surgissant dans le ciel du Midi, confondu dans l’imaginaire collectif avec ses cerisiers en fleurs », explique l’équipe en charge du projet. Planté au bord du Lez, entre le centre-ville et les quartiers récents de Richter et d’Odysseum, l’Arbre Blanc devrait être livré au premier trimestre 2018.

Chacun sur sa branche

Au sein des logements, les architectes ont voulu effacer les frontières entre intérieur et extérieur. Le salon et le balcon forment un immense lieu de vie que ses futurs habitants traverseront de façon fluide et naturelle. Les balcons se déploient en éventail pour aller chercher la lumière du soleil tout en se protégeant des voisins.
Symbole du Montpellier contemporain, la tour multifonction se distribue en logements, restaurant, galerie d’art, bureaux, bar avec jardin panoramique et espace partagé entre copropriétaires. L’édifice public s’ouvrira à l’ensemble des citoyens et des visiteurs qui ne manqueront pas de venir admirer cette perle architecturale. 

Louise Raffin-Luxembourg