IN SITU / Architecture / /

New York : french touch dans la grosse pomme

French-touch-New-York


Imaginée par le brillant architecte urbaniste Christian de Portzamparc, la One57 est la plus haute tour d’habitation de New York.

De New York à Annecy : la french touch

Christian de Portzamparc... Voilà un nom qui sonne familier aux Annéciens. Et pour cause : le concepteur de la One57 à New York a également signé le projet immobilier des Trésums qui germe actuellement sur le site de l’ancien hôpital d’Annecy. L’architecte de renommée internationale a été sollicité en 2005 pour étudier un projet de tour sur la 57e Rue. Après quatre années de recherches et des dizaines de maquettes éprouvant différents scenarii de volumes et de hauteurs, le plan définitif voit le jour en 2009.

Ses « L » déployés

Les parcelles finalement acquises par le promoteur immobilier dessinaient une forme de “L“ dont Christian de Portzamparc a tiré parti avec brio. Le résultat compose avec les impératifs structuraux pour élaborer une tour très élancée, en adéquation avec la réglementation des alignements et droits aériens propres au site.
Aussi haute que la tour Eiffel, la One57 culmine à 306 mètres avec une emprise au sol minimale : un peu moins de 600 m². Le bâtiment assure le show avec sa mosaïque de façades composées de deux teintes de verre coulant en cascade et inspirées d’un tableau du peintre Gustave Klimt. Tranchant avec la verticalité de New York, le building relie tous les corps de volumes par des surfaces de transition incurvées abritant des terrasses habitées.
La plus haute tour de logements de New York comprend un hôtel Park Hyatt 5 étoiles sur les 60 premiers étages, coiffé d’une centaine d’appartements de luxe avec vue grandiose sur Central Park.

Cascade de verre

Ce building d’une hauteur équivalente à celle de la tour Eiffel représente une cascade composée de 8400 panneaux de verre de deux teintes différentes. Avec un sommet arrondi pour mieux amortir le vent.

Louise Raffin-Luxembourg

www.portzamparc.com
Projet : ANNECY « L’avant scène » TRESUMS